Émancipation


Tendance intersyndicale

Congrès de la FSU : appel à candidatures Emancipation

Le congrès de la FSU se tiendra début 2025. Il sera précédé d’un vote d’orientation. Nous publions ci-dessous le texte d’appel à candidatures pour une liste Emancipation. N’hésitez pas à nous contacter pour toute information !

Pour une FSU qui lutte et qui gagne

Macron et son gouvernement mènent une politique brutale au service du capitalisme. Avec le « choc des savoirs », ils attaquent l’école publique ; dans la Fonction publique, Guérini attaque les garanties statutaires avec sa loi ; dans le reste de la société, c’est l’évolution vers un Etat autoritaire et xénophobe, le « réarmement » militariste (augmentation des dépenses pour la guerre, SNU pour la jeunesse), la répression contre les mouvements sociaux et écologistes…

Face à cela, on ne fera pas reculer Macron par un « bon dialogue social » ou des « concertations » sur les contre-réformes du pouvoir, comme le prétend la direction de la FSU.

Nous proposons donc une autre orientation, résolument anticapitaliste

– défendre une école publique égalitaire et laïque, fondée sur le droit à l’éducation pour tous les jeunes, non ségrégative, favorisant l’esprit critique… et donc le retrait de toutes les contre-réformes du pouvoir, à commencer par le « choc des savoirs ».

– porter des revendications unifiantes pour les personnels : unification par le haut des conditions de travail / des statuts, réemploi et titularisation immédiate de tous les non-titulaires, augmentations uniformes des salaires et leur indexation sur l’inflation, baisse généralisée du temps de travail… et donc l’abrogation de tous les dispositifs de casse des solidarités collectives et des statuts, notamment la loi Guérini sur la Fonction publique : ni amendable ni négociable !

– pour cela, s’appuyer sur la diversité des moyens d’action (blocages, occupation, désobéissance collective…) pour construire le rapport de forces, sans se limiter aux « journées d’actions » qui mènent à l’échec comme sur les retraites, et sans abandonner la centralité de la grève.

– favoriser la démocratie dans les luttes (AG unitaires et souveraines des personnels dans les établissements, qui se coordonnent à tous les niveaux) : le syndicalisme ne doit pas craindre l’auto-organisation et les collectifs de lutte, mais au contraire pour les susciter et les soutenir.

– favoriser les convergences entre le mouvement syndical et les luttes qui combattent le capitalisme : « Soulèvements de la terre », luttes antiracistes et féministes, contre les violences policières…

– impulser des pratiques de solidarité internationaliste, soutenir le droit à l’auto-détermination des peuples (Palestine, Ukraine…).

Pour y concourir rejoignez la liste Émancipation

Pour tout contact : tendance.emancipation@gmail.com, www.emancipation.fr


Publié

dans

Étiquettes :