Émancipation


Tendance intersyndicale

Collègue tué à Arras : c’est l’éducation publique et laïque qu’on assassine !

Ce vendredi 13 octobre 2023, Dominique Bernard, enseignant à Arras, a été assassiné au couteau, dans son établissement. Un ancien élève a tué notre collègue et blessé deux autres personnels dont un grièvement. Il aurait crié Allah Akbar, et serait fiché S. Ce drame intervient dans un contexte très particulier : l’intensification du conflit israélo – palestinien,  et le 3ème anniversaire du meurtre de notre collègue Samuel Paty.

Les mots manquent pour qualifier un tel acte. Nous sommes tristes et en colère. Nos condoléances vont à la famille de Dominique Bernard et notre soutien aux collègues, particulièrement ceux qui ont été blessés et aux élèves. 

De Conflans à Arras, l’histoire se répète-t-elle ?

Le meurtre de notre collègue d’Arras, au couteau, n’est pas sans rappeler celle de notre autre collègue d’histoire-géographie, Samuel Paty, le vendredi 16 octobre 2020, à proximité du collège Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). 

Il avait été assassiné par un jeune de 20 ans, lui aussi, puis décapité. Abdullah Anzorov qui voulait mourir en martyr, cherchait des cibles à abattre depuis plusieurs semaines. Il avait été encouragé à passer à l’acte par des islamistes basés en France et en Syrie.

L’administration, au lieu de répondre aux demandes de protection de Samuel Paty, l’avait humilié ; elle l’avait forcé à s’excuser pour un cours pourtant au programme, afin de ne pas « faire de vague ». Notre collègue a pour cela perdu la vie. La famille a porté plainte contre l’éducation nationale et les services de sécurité de l’état car, pour elle, tout n’a pas été mis en place pour le protéger, alors que tous les voyants étaient au rouge.

Dans l’attente de savoir quelles étaient les motivations du tueur d’Arras on peut constater que le fanatisme religieux est meurtrier, et qu’il n’est pas anodin que ce soit des enseignant.es de l’école publique qui soient visés

Alors que la mort de Samuel Paty devrait être commémorée chaque année, il nous semble que rien n’a été prévu et encore moins anticipé par l’institution scolaire. On ne trouve rien au sujet de commémorations, par exemple dans la newsletter nationale envoyée cette semaine. Les enseignant.es de l’académie de Versailles, département où est mort Samuel Paty, ont tout de même reçu un mail du nouveau recteur de l’académie, laissant entendre que le renouveau du conflit israélo-palestinien obligeait à parler de Samuel Paty. Autrement dit, l’appareil d’état semble souhaiter instrumentaliser le meurtre de Samuel Paty pour imposer sa doxa pro israélienne aux enseignant.es et aux élèves.

Au moment de la rédaction de ce communiqué, nous ne savons pas si le meurtre de notre collègue et la destruction de Gaza par l’armée Israélienne vont rappeler à Macron les résolutions internationales qu’il bafoue à chacune de ses déclarations. Mais ce que nous voyons déjà, c’est que, comme pour Samuel Paty, cet assassinat commence dès maintenant à être exploité par les pouvoirs en place et par ses alliés que sont LR et le RN. Ainsi Eric Ciotti demande d’activer l’état d’urgence, comme si celui-ci pouvait prévenir les actions de loups solitaires, alors qu’il ne ferait qu’amplifier une situation bien suffisamment anxiogène. Placer des policiers devant chaque école de France est impossible, d’une part, et non désirable, d’autant que la police s’est fait une spécialité de viser particulièrement les jeunes d’origine immigrée. Accroître l’Etat policier qui est devenu notre quotidien ne réglera aucunement, ni les problèmes de fond qui minent l’école, ni les problèmes de société, dont l’école n’est pas responsable. Tout ceci ajoute ainsi à la colère et à l’indignation que nous éprouvons suite au lâche assassinat de Dominique Bernard. 

La vigilance est donc de mise, pour les jours et semaines à venir. Non seulement concernant les manipulations futures, et déjà présentes, de ce tragique événement mais aussi vis-à-vis de nos élèves, particulièrement ceux issus de l’immigration qui, une fois de plus, vont être victimes de cabales anti-musulmans.

Dans l’immédiat, défendons les positions suivantes :

– lundi les personnels ont besoin de se retrouver, en toute indépendance par rapport aux injonctions du pouvoir.

– la réponse n’est pas la « bunkerisation » de l’institution scolaire qu’on voit déjà poindre dans le message envoyé par le rectorat de Créteil, elle est non seulement réactionnaire mais aussi illusoire. Elle réside dans le fait de permettre à l’école publique de jouer un rôle d’émancipation, d’ouverture des consciences et de développement du rationalisme et de l’esprit critique, ce qui nécessite y compris des créations de postes pour qu’elle fasse cela dans des conditions décentes.

Mail : tendance.emancipation@gmail.com ; site emancipation.fr

Facebook : https://www.facebook.com/Emancipationtendanceintersyndicale/


Publié

dans

Étiquettes :