Émancipation


Tendance intersyndicale

Étiquette : MeToo

  • Chronique des sexismes ordinaires

    PARCE QUE C’EST AUSSI UNE FORME DE HAINE Au travail, les inégalités femmes/ hommes augmentent ! C’est ce que nous montre une récente enquête sur les débuts de carrière du CEREQ (centre d’études et de recherches sur l’emploi et les qualifications). On y apprend par exemple que si les taux de chômage sont équivalents, les…

  • Notre librairie

    (suite…)

  • Rage assassine

    Rage assassine

    Avant que Black Lives Matter et #MeToo ne viennent secouer l’Amérique et le monde occidental, Gloria Jean Watkins, plus connue sous le nom de plume de bell hooks montrait, dans cet essai incisif, que l’abolition du racisme et l’éradication du sexisme vont de pair. Sans le féminisme, la lutte antiraciste reste une affaire d’hommes. Sans…

  • Numéro 1 – Septembre 2023

    Numéro 1 – Septembre 2023

    Désarmons la violence de Macron Macron ne tient que par la violence. Violence politique contre les luttes sur les retraites et les Soulèvements de la terre. Violences policières et judiciaires contre les lycéen·nes et étudiant·es, les jeunes des quartiers populaires, les défenseur·seuses de l’environnement… qui incarnent tou·tes un autre avenir. Le prix de cette Police-milice…

  • Numéro 2 – octobre 2022

    Numéro 2 – octobre 2022

    Pap Ndiaye pas mieux que Blanquer Dans plus de 60 % des collèges et des lycées, la rentrée a eu lieu avec au moins un poste d’enseignant·e non pourvu, c’est même le SNPDEN * qui l’écrit ! Cette pénurie est la conséquence des suppressions massives de postes sous Sarkozy, poursuivies par Macron depuis 2017. L’embauche de…

  • La police de répression est une grande tradition française

    Avec La République des faibles Gwenaël Bulteau a signé un premier polar remarquable et remarqué (prix Landerneau 2021), ancré dans l’histoire des débuts de la Troisième République. Il a bien voulu répondre aux questions de François Braud. L’Émancipation : Bonjour Gwenaël Bulteau. Comment en êtes-vous venu au noir ? Gwenaël Bulteau : J’ai toujours aimé…