Émancipation


Tendance intersyndicale

Manifestation 1er mai 2024 à Paris : Deux membres d’ Émancipation violentés par la police

Le 2 mai

Manifestation 1er mai 2024 à Paris : Deux membres d’Émancipation violentés par la police

Ce mercredi 1er mai 2024, de nombreuses manifestation ont eu lieu en France et de par le monde, pour s’emparer de cette journée internationale des travailleurs. Elle est issue du combat pour imposer au patronat la journée de 8 heures.

Un 1er mai aux couleurs de la Palestine

Ce 1er mai avait une coloration particulière, celle de la Palestine. Un processus génocidaire est en effet en cours a Gaza, et le PGFTU, le principal syndicat de Gaza avait appelé l’ensemble des travailleurs du monde à manifester leur soutien au peuple palestinien.
C’est ce qu’ont fait les militant-es d’Émancipation, en distribuant plus de 5000 exemplaires du texte du PGFTU à l’ensemble des cortèges parisiens.

Une répression policière particulièrement brutale

L’ambiance était festive et revendicative.
Pourtant la répression policière a été particulièrement visible à Paris, Lyon ou Nantes. Dans la capitale, plus de 40 manifestants ont été interpellés.
Sur la place de la Nation notamment, alors que les manifestant-es arrivaient pacifiquement et dans une ambiance bon enfant, que d’autres étaient déjà assis sur les pelouses et refaisaient le monde, on a vu (et senti) des dizaines de grenades lacrymogène tomber sur nous ! Pire encore, des centaines d’agents répressifs (policiers, gendarmes, brave-m) sont allés provoquer les manifestants en les chargeant !

Sans explication, les agents répressifs, ont nassés l’ensemble de la place, ont repoussés violemment tou-tes celles et ceux qui s’y étaient installé-es tranquillement sur la pelouse. Ils ont créé de toute pièce de la panique et du désordre. C’est à coups de matraques, et de lacrymo que la place de la Nation a été vidée.
C’est ainsi que deux militant-es d’Émancipation, parmi d’autres, ont été violentés par la police et roués de coups de matraque. Un camarade a, entre autre le front ouvert, et le corps couvert d’hématomes. Il a eu 2 jours d’ITT. L’autre a été arrêtée et placée en garde-a-vue, et nous attendons encore de savoir quel est son état de santé. Tout ça pour quoi ? Car ils exerçaient simplement et pacifiquement leur droit de manifester.

La macronie toujours aussi répressive

Le pouvoir en place craint-il que les médias montrent une manifestation populaire, fournie et pacifique ? Il semble qu’il ait voulu faire disparaitre toute trace de notre passage.
De telles pratiques ne sont malheureusement pas nouvelles. Depuis 10 ans, les cortèges syndicaux sont systématiquement attaqués par les forces répressives.
Dans le contexte de préparation des Jeux Olympiques de Paris, on assiste a une véritable chasse aux pauvres dans la capitale, et a leur invisibilisation (expulsion des travailleurs sans-abri, des squatters, des sans-papiers, des étudiant-es).
Sous Macron I et II, les mouvements sociaux et populaires, sans parler du soulèvement de la jeunesse a été écrasé comme jamais auparavant. Des armes de guerre sont utilisées par la macronie contre ceux des travailleurs, des jeunes ou des écologistes qui se soulèvent.
La liberté d’expression se réduit de plus en plus, comme on le voit avec le soutien à la cause palestinienne, qui est criminalisé, taxé d’apologie du terrorisme.
Aujourd’hui c’est bien Macron qui tente de terroriser la population et de la museler, et qui alterne entre attaques contre les droits sociaux, et remise en cause des libertés démocratiques.
Pourtant, la détermination de larges de la population reste intacte. Unissons nos forces, organisations syndicales associatives et politiques, pour mettre un coup d’arrêt aux régressions sociales et démocratiques !
Liberté pour notre camarade et tou-tes les autres !

Amnistie pour toutes et tous
Défendons la liberté d’expression et le droit de manifester


Publié

dans

Étiquettes :