Émancipation


Tendance intersyndicale

Un mois dans le monde (avril 2023)

Grèce

La mort de soixante personnes dans le train reliant Athènes à Thessalonique n’est pas due à la malchance. Obéissant aux oukases de l’Union Européenne, les gouvernements grecs ont privatisé les chemins de fer et, comme la priorité des créanciers était la rentabilité, les requins ont licencié 40 % des effectifs. Le capitalisme répète ses crimes. Il y a 40 ans, la privatisation de British Rail par Margaret Thatcher avait provoqué des catastrophes et des dizaines de mort·es.

Des centaines de milliers de manifestant·es reprennent dans la rue le combat interrompu après la capitulation de Tsipras face à l’Europe.

La droite grecque, mélange de mafia, d’ultralibéralisme et d’autoritarisme pourrait perdre le pouvoir. Mais comment faire confiance à Syriza qui avait initié la privatisation du rail après sa capitulation ?

Italie

Giorgia Meloni joue sur tous les tableaux et pour l’instant, ça lui réussit. Aux dernières élections régionales, la droite a conservé la Lombardie et elle a conquis le Latium face au parti démocrate. Meloni s’est alignée sur l’OTAN sur la question ukrainienne. Comme à l’époque de Salvini, le gouvernement Meloni porte une énorme responsabilité dans les dizaines de migrant·es noyé·es au large de Crotone (Calabre) : le gouvernement savait de longue date que le bateau allait couler et il n’a rien fait. Du coup, quelques jours plus tard, les garde-côtes italiens ont secouru un autre bateau de migrant·es en grand danger. Il est trop tôt pour savoir quelle politique sera menée.

Dans le parti Fratelli, les néofascistes restent nombreux. Un de leurs commandos a violemment attaqué des lycéens à Florence.

Allemagne

Le passage au pouvoir du Parti social-démocrate provoque sa dégringolade dans l’opinion : il a perdu 10 % des voix aux élections régionales à Berlin qui était son bastion. Les partis politiques poussent tous à un engagement militaire contre la Russie en Ukraine. En même temps, ils sont unanimes pour criminaliser le soutien à la Palestine : la traduction en allemand de la bande dessinée Élise de Dominique Grange et Jacques Tardi a été annulée parce que le mot “apartheid” y figurait. Et la municipalité de Francfort a interdit un concert de Roger Waters parce que ce dernier soutient le boycott d’Israël.

Grande-Bretagne

Déconsidéré dans un pays où la pauvreté est massive et où les grèves se multiplient, le parti conservateur attaque sur le front de l’immigration. Désormais, ceux et celles qui tentent la traversée par mer depuis la France ne pourront plus demander le droit d’asile. Cette mesure qui est une violation flagrante du droit international, a entraîné des protestations du HCR. Sur la BBC, le footballeur Gary Linaker s’est indigné. La BBC l’a congédié avant d’être obligée de le réintégrer sous la pression de l’opinion publique.

En Grande-Bretagne, il n’y a pas d’argent pour secourir les pauvres, mais il y en a pour payer la France afin que sa police empêche les migrant·es de prendre la mer.

Israël/Palestine

Le pogrom de Huwara marque un pas nouveau mais prévisible : des colons armés déferlant dans le village et saccageant tout : bilan terrible, un mort, 390 blessé·es, des centaines de maisons et de véhicules incendiés. L’armée, présente, a protégé les colons et empêché les villageois·es de se défendre. Le ministre Bezalel Smotrich, un de ceux que les manifestant·es de Tel-Aviv appelle les “fascistes juifs”, a immédiatement appelé à “raser” Huwara.

En Palestine les exécutions extrajudiciaires se multiplient. L’armée israélienne entre dans Naplouse, Jénine, Jéricho et elle assassine des “terroristes”, c’est-à-dire des militant·es du Jihad Islamique ou du Hamas, mais le plus souvent des jeunes. Un sondage en Palestine a montré que 70 % de la population approuve la lutte armée. Un groupe informel s’est créé, la “Tanière des Lions”. On ne leur connaît pas de dirigeants. Ils/elles ne dépendent d’aucun parti. Ils/elles savent que, s’ils/elles ne combattent pas, le rouleau compresseur colonial s’accentuera. Alors, même si c’est désespéré, ils/elles combattent en ne s’en prenant qu’aux colons et à l’armée.

En Israël, les manifestations contre Nétanyahou pour “défendre la démocratie” restent massives. Elles prennent un tour “patriotique” avec la participation de plusieurs dirigeants de l’armée. Tant que les manifestant·es ne poseront pas la question palestinienne, cet affrontement ne mènera pas à grand-chose.

L’arrivée des “kahanistes” (Ben Gvir et Smotrich) dans le gouvernement Nétanyahou porte une atteinte importante à “l’image” d’Israël. En voyage aux États-Unis, Smotrich a dû affronter plusieurs manifestations avec une participation massive de JVP (Jewish Voice for Peace = Voix Juive pour la Paix). Smotrich devait venir en France pour célébrer la “mémoire” de Jacques Kupfer, dirigeant (décédé) du CRIF et du Bétar. Plusieurs manifestations avaient été annoncées. Les propriétaires de la salle ont annulé la location de la salle et Smotrich a renoncé à venir en France.

Le gouvernement français poursuit sa complicité éhontée avec l’apartheid israélien. Darmanin a ordonné aux préfets d’interdire toutes les réunions publiques de Salah Hamouri, avocat franco-palestinien qui a passé de nombreuses années de prison en Israël. Il vient d’être désavoué par le tribunal administratif de Nancy.

Reste un dernier aspect de la dérive de l’État d’Israël : il est devenu un laboratoire de la répression, de la surveillance et des coups tordus. Après Pegasus, voici “Story Killers”, une officine créée par d’anciens généraux qui organisent, contre espèces sonnantes des campagnes de désinformation. Même BFM a été infiltré.

Tunisie

Le régime de plus en plus autoritaire de Kaïs Saïed provoque à présent des manifestations quotidiennes. Le Syndicat UGTT entre dans la bataille. Aux abois, le président essaie d’exciter la population contre les migrant·es subsaharien·nes. Il a parlé de “hordes d’immigrés clandestins” et sa police a expulsé plusieurs centaines de Malien·nes et d’Ivoirien·nes.

Impérialismes

L’impérialisme états-unien est contesté. Il a vassalisé l’Europe mais au Moyen-Orient, il subit la concurrence d’autres impérialismes. L’impérialisme russe qui a sauvé le régime barbare en Syrie. Et à présent l’impérialisme chinois. Celui-ci a réussi à entamer une réconciliation entre deux régimes qui martyrisent leur population : l’Iran et l’Arabie Saoudite. Si cette réconciliation réussit, ce sera un véritable bouleversement, les antagonismes dans cette région étant à la fois chiites contre sunnites et Perses contre Arabes.

Biden

Face à Trump, il avait joué au candidat écologiste luttant contre le réchauffement climatique. Ça n’aura pas duré longtemps. Biden vient d’accepter le projet Willow. Des forages de gaz et de pétrole dans le Nord-Ouest de l’Alaska et des nouveaux pipelines. Le tout pour 8 milliards de dollars

Pierre Stambul


Publié

dans

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire