Déclaration de l’AG des grévistes du Collège Léo Othily (Guyane)

La Guyane reprend l’Appel de l’AG de Région Parisienne
mardi 30 janvier 2007
par  DK, Administrateur

L’AG des personnels grévistes du collège Léo Othily de Mana (Guyane), réunie le mardi 30 janvier 2007, constate :

1)La diminution ininterrompu et massive du pouvoir d’achat des personnels de l’EN (plus de 25% en moins depuis 1982 !)
2)La précarisation sans cesse grandissante des personnels d’éducation, de surveillance et des TOSS ...
3)La casse des statuts et l’augmentation du temps de travail :
- suppression de l’heure de première chaire en lycée pour 70 000 enseignants
- affectation sur trois établissements dans des communes non-limitrophes
- la bivalence banalisée
- le fait que la mise en place de l’AS soit à la discrétion du chef d’établissement et non plus obligatoire.
- la dénaturation des missions des enseignants (entretien d’orientation en 3ème ce qui menace le statut des Conseillers d’Orientation-Psychologues)
- la multiplication des réunions en dehors du temps de travail
4)La suppression massive de postes d’enseignement et d’encadrement : 5 000 suppressions de postes pour la rentrée prochaine (25 000 en 4 ans) avec des conséquences désastreuses sur la Dotation Horaire des établissements (augmentation du nombre d’élèves par classe, suppression des dédoublements de classes, ...) et l’éducation des élèves.
5)Le danger que fait peser le projet de réduction de 20% des horaires d’enseignement qui fragilisera des disciplines telles que l’EPS, la Musique, les Arts Plastiques, etc... et créera une école à deux vitesses.
6)La fin programmée de la liberté pédagogique des enseignants, menacée par le Conseil Pédagogique (dont les membres sont désignés par le chef d’établissement). La mise au pas des enseignants, leur soumission accrue aux hiérarchies locales.
7)La répression anti-syndicale qui frappe de nombreux collègues militants (affaire Veuillet, Redon, etc...)

L’AG décide de se mettre en grève reconductibe à partir du 30 janvier 2007 et exige :

1) Le rattrapage du pouvoir d’achat des personnels.
2) La titularisation immédiate des non-titulaires et la fin du recrutement de personnels contractuels.
3) Un statut et un salaire décent pour les AE et les CAE.
4) Le retrait des projets de modification des décrets de 1950.

L’AG décide de tout mettre en oeuvre pour étendre le mouvement aux autres établissements de la Guyane, informer l’opinion publique des menaces qui pèsent sur le service public d’éducation et approfondir la convergence des mouvements de contestation (avant, pendant et après la grève interprofesionelle du 8 février).

La politique gouvernementale s’arrêtera là où nous l’arrêterons !


Brèves

10 juillet -  Retrait des projets Macron, retrait du projet de réforme du code du travail

Motion votée le 28 juin au Conseil syndical du SNUipp 13
Les premiers projets ou annonces du (...)

26 juin - La rentrée ne peut pas se faire dans ces conditions !

Appel intersyndical IDF
Jeudi 29 juin se tient un CTSD ayant à l’ordre du jour les dotations en (...)

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)