Projet Peillon sur les statuts : déclaration des personnels enseignants du lycée Claude-Fauriel (Saint-Etienne) (25 novembre)

dimanche 1er décembre 2013
par  QD, Administrateur

Déclaration des personnels enseignants du lycée Claude-Fauriel (Saint-Etienne)

avec le soutien des sections syndicales SNES-FSU, SNEP-FSU, SNLC-FO, Sud-Education.

25 novembre 2013

Les personnels enseignants du lycée Claude-Fauriel (secondaire et CPGE), réunis le 25 novembre 2013, ont pris connaissance des projets ministériels de réforme des missions et des statuts des enseignants du second degré. Ils les trouvent inacceptables.

Ces projets constituent un témoignage de mépris à l’égard du métier, de ceux qui l’exercent et du travail qu’ils fournissent. Ils condamnent la méthode qui consiste à opposer les personnels (secondaire / CPGE, enseignants en ZEP / hors ZEP) tout en stigmatisant de prétendus privilégiés.

Les personnels refusent toute régression pour quelque catégorie de personnel que ce soit, aussi bien en termes de rémunération, de temps de travail que de garanties statutaires.
Les personnels qui seraient les plus durement touchés seraient les enseignants de CPGE avec une baisse de salaire pouvant atteindre 20%.

Les enseignants du secondaire comme de CPGE verraient leurs obligations de service alourdies :
- par la suppression de la diminution de service pour effectif pléthorique ;
- par la suppression de l’heure de première chaire remplacée par des pondérations 
insuffisantes ;
- par la suppression des réductions de service liées aux charges de travail spécifiques à 
certaines disciplines. 


Les personnels enseignants du lycée Claude-Fauriel (secondaire et lycée) demandent le retrait immédiat de ces projets agressifs. Ils seront vigilants et n’excluent aucune forme d’action pour les semaines à venir. 
Ils se réuniront en Assemblée générale début décembre pour décider de la conduite du mouvement en fonction de l’évolution de la situation.


Brèves

23 janvier - Touche pas à ma ZEP !

Contre la disparition de l’éducation prioritaire en lycée :
“Touche pas ma ZEP !”
Coordination (...)