Dossier (suite) : La laïcité pour l’Emancipation

vendredi 14 décembre 2012
par  QD, Administrateur

Ci-dessous le présentation de la suite (et fin) dossier sur la laïcité, publiée dans le numéro 4 de décembre de la revue L’Emancipation. Pour lire le dossier complet, vous pouvez vous procurer cette revue, qui contient d’ailleurs plein d’autres choses intéressantes !

Au risque de nous répéter : pour nous, la défense laïque s’inscrit dans une perspective plus globale de combat contre la société capitaliste, car l’émancipation sociale suppose la fon des dominations dans tous les domaines.

Elle a donc toute sa place dans le cadre d’un syndicalisme articulant la lutte des classes sur le plan économique, avec la lutte contre les dominations et aliénations dans les autres domaines.

Et le syndicalisme repose sur le rapport de forces avant tout. C’est pourquoi il est utile de rappeler que la loi de 1905 – avancée laïque majeure – a été le résultat d’une confrontation entre forces sociales. La bourgeoisie républicaine de la IIIe République naissante a aussi bien combattu le socialisme (écrasement de la Commune), que les forces cléricales. En 1905, les débats sur la loi de Séparation voient se nouer une alliance ponctuelle entre bourgeoisie républicaine et mouvement socialiste. Mais un compromis reste un compromis, et tandis que pour la bourgeoisie républicaine la question est réglée (avant qu’elle se rapproche à nouveau de l’Église avec la loi Debré de 1959), pour les socialistes la laïcisation des institutions est une étape.

Le discours de Vaillant à la chambre des députés (voir page III) rappelle que pour le socialisme, il s’agit d’aboutir à une société à la fois débarrassée des religions, de l’État bourgeois et du Capital.

Ces questions restent posées aujourd’hui. Et comme toutes les autres questions liées à l’émancipation sociale, elles se posent à différents niveaux. Car la lutte laïque ne se résume pas à des déclarations, mais nécessité aussi des actes militants face aux diverses atteintes ou menaces concernant la laïcité : il s’agit bien entendu d’agir au niveau national pour abroger les lois anti-laïques, mais aussi bien au niveau local (voir page VII) qu’européen (voir page X) qu’international.

Cette action concrète complète l’indispensable travail de réflexion sur la signification que nous donnons à la laïcité. Il est rendu nécessaire aussi bien par les instrumentalisations de ce concept, que par les questions nouvelles que peuvent faire surgir les évolutions de la société et des forces politiques (voir l’article page VIII, qui discute certaines des questions "vives" concernant la laïcité, et débattues dans les milieux militants).

Enfin, les confrontations et les rapports de forces concernant la laïcité, ne surviennent pas toujours là où ils sont attendus. Si le projet gouvernemental d’ouverture du mariage ne saurait faire oublier d’autres aspects de sa politique s’inscrivant dans le prolongement du précédent gouvernement (financement des écoles privées par exemple)… il n’en reste pas moins que c’est sur ce terrain que l’Église et les forces cléricales pèsent de tout leur poids. Et que dans ce domaine comme dans d’autres, une réponse du mouvement social est nécessaire (page XII).

Nous aurons probablement l’occasion de revenir sur certains de ces problèmes dans nos prochains numéros, tant il est vrai que le chemin vers la laïcisation complète est encore long !