Motion de la section SNESUP de Toulon

jeudi 17 mai 2012
par  QD, Administrateur

Motion de la section SNESUP de l’université de Toulon

Considérant que les syndicats et en particulier le SNESUP, en tant que « premier syndicat du supérieur », ont le devoir d’accompagner les luttes sociales organisées à la base, et que seule une coordination nationale des personnels et des étudiant-e-s est à même de construire le rapport de force nécessaire pour porter leurs revendications,
la section SNESUP de Toulon réunie le 14 mai 2012 soutient l’appel du 30 avril intitulé « Ne pas trahir 2009 » et demande à la direction nationale du SNESUP d’apporter officiellement son soutien à cet appel pour ne pas trahir ses syndiqué-e-s.

Considérant que l’abrogation de la mastérisation de la formation des enseignant-e-s constitue une revendication impérative, nous jugeons dommageable qu’elle n’ait pas été intégrée à la plateforme de l’appel du 30 avril.

Considérant que le désengagement financier de l’État mis en œuvre avec la loi LRU ne peut être dissocié de la logique néolibérale œuvrant à la privatisation du système d’enseignement (de la maternelle à l’université) et que les revendications ne doivent faire aucune concession à cette logique définie par le processus de Bologne, nous demandons à la direction nationale du SNESUP :
- de se prononcer clairement contre toute forme d’évaluation récurrente des personnels, instrument « néo-managérial » de mise au pas et d’infantilisation des individus, contradictoire avec nos missions comme avec les aspirations de transformation sociale portées par notre syndicat ;
- de se prononcer clairement contre l’autonomie financière des universités, contradictoire avec le principe même de service public.

Enfin, la section SNESUP du Toulon condamne au sein de son syndicat, comme partout ailleurs, toute atteinte portée à la liberté d’expression et d’opinion. Elle demande à la direction nationale que soit annulée la mesure de désabonnement forcé prise à l’encontre d’un abonné de la liste « Forum supérieur ».

Fait à La Garde, le 14 mai 2012