Avec la marche des sans papiers et le contre sommet de Nice, régularisation de TOUS les sans papiers.

mercredi 26 mai 2010
par  PB, Administrateur

Alors que le gouvernement organise, à Nice, le 31 mai et le 1er juin, le 25ème sommet France-Afrique, les expulsions se multiplient avec la politique du chiffre, le droit d’asile est de plus en plus bafoué ; les rafles et la chasse aux sans papierEs se poursuivent (jeunes majeurEs, démembrement des familles, sans papierEs grévistes y compris…). Et ce dans le pays, comme aux frontières de l’Europe (dispositif FRONTEX), comme à Mayotte ou en Guyane. Après sa défaite électorale, Sarkozy a annoncé qu’il fallait maintenir le cap : poursuivre et aggraver l’offensive contre les salariéEs, contre la jeunesse et contre les immigréEs….

Ainsi, appuyé sur les lois Sarkozy-Hortefeux, le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA), la guerre aux migrantEs cherche à terroriser, à mettre à disposition du patronat une main d’œuvre bon marché et docile. Dans le même temps, cette politique de « l’immigration choisie », est un des moyens de maintenir et d’accentuer la domination impérialiste sur les pays du « sud » (les anciennes colonies). Le sommet de Nice qui doit accueillir à côté des chefs d’États, 250 entreprises (80 entreprises françaises) et même des dirigeants syndicaux de France et d’Afrique est conçu pour renforcer encore cette politique néocoloniale de la France de pillage des ressources et d’accroissement de la dette durement payée par les populations d’Afrique.

Alors que depuis des mois, 6 000 travailleurEs sans papierEs ont engagé une importante grève pour la régularisation, la stratégie des dirigeants syndicaux et associatifs (le groupe des 11) met les mobilisations en difficulté : semaine après semaine ils ont mené des négociations pour demander à Besson une nouvelle circulaire ; et en novembre, Besson a publié une nouvelle circulaire d’application des lois Hortefeux d’immigration choisie.

Puis, c’est avec le patronat que le groupe des 11 a négocié « pour une circulaire plus favorable ». En effet, dans certains secteurs des patrons se plaignent de la concurrence « déloyale » des entreprises qui se permettent d’employer des sans papierEs. L’accord entre ces patrons et les dirigeants syndicaux est présenté aujourd’hui comme une « avancée ». Pendant ce temps, Besson et Sarkozy ont mis au point un nouveau projet de loi (une réforme du CESEDA) qui va faciliter l’enfermement en centre de rétention administratif (CRA), les expulsions et accroître plus encore la pression sur les immigréEs.

Contre cette politique « d’immigration choisie » et de « dissuasion de l’asile » qui conduit de plus en plus d’étrangerEs à vivre dans la clandestinité, l’unité des organisations ouvrières doit se réaliser sur des revendications claires :
-  Régularisation de TOUS les sans papiers ; respect du droit d’asile ; fermeture des CRA.
-  Retrait du nouveau projet de CESEDA.
-  Abrogation des lois Sarkozy-Hortefeux (ainsi que du CESEDA) ; abrogation de toutes les lois qui limitent la liberté de circulation (Pasqua, Chevènement) ; suppression de Frontex

Assez de négociations avec le gouvernement, avec le patronat sur le dos des sans papiers : rupture immédiate des ces négociations. Les intéressés doivent gérer eux-mêmes leur lutte, avec le soutien des organisations et non plus l’inverse.

Aucune participation des dirigeants syndicaux au sommet de Nice de Sarkozy-Besson.

La solidarité des travailleurEs françaiSEs avec les travailleurEs et la jeunesse d’Afrique qui sont « chasséEs ici et pilléEs là-bas » impose d’exiger aussi :
-  Le retrait de toutes les troupes françaises d’Afrique ;
-  L’annulation de la dette

C’est sur cette orientation qu’Émancipation intervient et soutient la marche des sans papiers et le contre- sommet de Nice.


Documents joints

PDF - 52.3 ko
PDF - 52.3 ko

Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)