Élections internes à la FSU : Tirons les leçons de ces dernières années et changeons d’orientation !

lundi 9 novembre 2009
par  PB, Administrateur

Depuis la création de la FSU, jamais le passif des deux tendances, Unité & Action et École Émancipée qui co-dirigent la FSU et ses syndicats,
n’aura été aussi lourd :
- Dégradation des conditions de travail, attaques frontales contre les missions et les statuts avec la RGPP (Réforme Générale des Politiques Publiques), loi mobilité, restructurations/fusions ;
- Retraites, baisse du pouvoir d’achat, précarité ;
- Suppressions massives de postes : 53 000 ces deux dernières années, dont 25 000 dans l’ ÉducationNationale, et encore 34 000 suppressions prévues en 2010, dont 16 000 dans l’ Éducation Nationale ;
- Destruction du service public d’éducation de la maternelle à l’université (jardins d’éveil mis en place discrètement, réduction du temps scolaire, socle commun à l’école et au collège, réforme des lycées général et professionnel, Bac pro 3 ans, casse des RASED, Loi Responsabilité des Universités-LRU,… la liste n’est pas exhaustive) ;
- Casse de la formation des enseignantEs, et des IUFM avec la mise ne place de la "mastérisation" ;
- Démantèlement de la recherche publique ;
- Privatisation et agressions anti laïques au bénéfice du réseau d’enseignement confessionnel.

Pratiquement tout ce qui a été prévu par la droite est passé !
Et qu’ont fait les Unité Action et École Émancipée qui dirigent la FSU ?

Ils ont foncé avec délectation dans le miroir aux alouettes du "dialogue social" de Sarkozy et ont "négocié" tous ces reculs. Ils ont cassé les dynamiques de lutte et ont confiné dans l’isolement les secteurs
mobilisés, comme tout un chacun a pu le constater particulièrement en 2008 – 2009. Ils ont imposé leur stratégie de grèves de 24 h sans suites quand l’ampleur des mobilisations imposait la reconduction pour
gagner, en janvier et en mars 2009.

Sur la question centrale du recrutement et de la formation des enseignantEs, la FSU s’est révélée une fois de plus incapable d’un vrai fonctionnement fédéral et s’en est remise aux syndicats nationaux
souverains, notamment le SNES, ce qui a conduit aux calamiteuses abstentions lors du CTPM du 28 mai 2009, trahissant les mobilisations contre la liquidation des IUFM et de la formation professionnelle des
enseignants. Et pour finir à cette nouvelle journée de dupes qu’ont constitué les assises FSU sur la formation des enseignants du 7 novembre, ignorant ouvertement les coordinations des personnels en lutte.

Durant ces trois dernières années, les éluEs Emancipation n’ont eu de cesse de porter la voix de celles et ceux qui veulent lutter et de réclamer un véritable plan d’action permettant de gagner. Mais
l’aveuglement et la présomption des dirigeants actuels de la FSU sont complets, à tel point qu’ils peuvent dans le rapport d’activité s’arroger sans sourciller les mérites du mouvement lycéen contre la réforme
des lycées, premier recul de Darcos : "La FSU […] a recherché l’unité avec les parents et les jeunes tout en jouant son rôle d’impulsion. La mobilisation des personnels a amorcé une mobilisation lycéenne et enclenché un large mouvement d’opinion, ces mobilisations ont imposé au gouvernement de premiers reculs".

Cet extrait est une insulte à la vérité et aux nombreux jeunes qui se sont mobiliséEs et ont subi pour cela la répression. Il impose à lui seul de voter massivement :

NON au rapport d’activité

La FSU doit revenir aux fondamentaux du syndicalisme, et pour cela changer d’orientation :
- Abandon du « dialogue social » et boycott des réunions de concertation bidon ;
- Recherche de cohérence revendicative face au pouvoir, en exigeant clairement la restitution des postes supprimés, l’abrogation des textes déjà publiés et le retrait des projets en cours (réforme des lycées...) ;
- Unification par le haut des situations, des statuts (dans le cadre du statut général de la fonction publique), augmentation uniformes des salaires (300 € en points d’indice pour touTEs), défense en priorité des personnels les plus menacés, titularisation sans condition de touTEs les précaires ;
- Construction d’un rapport de force en mesure de gagner, par la convergence des luttes, l’implication dans les structures démocratiques de lutte, et la perspective de la grève générale ;
- Pour un service public laïque d’éducation unifié et réellement démocratique, qui différencie les méthodes plutôt que les structures et les filières, formant des esprits libres et critiques, et garantissant la liberté pédagogique individuelle et collective, contre les tentatives autoritaires et le poids des hiérarchies.

Pour un syndicalisme de lutte, de transformation sociale et de rupture avec le capitalisme,

Votez pour la liste : Émancipation


Résultats des votes et autres prises de positions sur les différents textes de congrès de la FSU : ici


Documents joints

Tract
Tract

Brèves

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)