Camarades de classe

jeudi 5 novembre 2009
par  PB, Administrateur

Nous nous sommes perdus de vue....

Le net est un outil de communication parfois dangereux mais surtout fabuleux. Il peut permettre de reprendre contact avec ceux et celles qui nous ont été proches à un moment capital de notre vie.
Comment reprendre le fil ? Est-ce souhaitable ?

Didier Daeninckx nous invite à faire connaissance avec la narratrice de ce roman, Dominique qui un jour, recevant un « mail » adressé à son mari par un ancien camarade de classe répond et participe ainsi à un débat entre des anciens du collège Gabriel Péri d’Aubervilliers...
Nous sommes invités à un retour dans le passé, en 1964 dans une ville « communiste » à la rencontre d’adolescents qui auront par la suite une trajectoire différente, plus ou moins liée pour certains à leur histoire collective.

Les uns- très peu - resteront militants, d’autres se réaliseront dans un secteur marchand ou culturel et il y en a même qui connaîtront des destins dramatiques ou étonnants....

« Que sont mes amis devenus » ?
Ceux et celles qui ont connu cette période antérieure à 1968 retrouveront à la fois les émois, combats et découvertes d’une génération ainsi que l’influence exercée par la culture « communiste ».
Ce roman d’un genre différent de celui que nous propose habituellement avec succès cet auteur peut permettre à la nouvelle génération de mieux comprendre une situation et un contexte qui ont tant conditionné les attitudes des « barricadiers » !

Alors que le « parti des travailleurs » se raidissait en organisant sa propre disparition- c’est l’un des participant au forum qui parle- la jeunesse s’enflamme pour la révolution vietnamienne et pour la musique rock... Les jeunesses communistes qui s’engagent dans l’organisation de spectacles rencontrent un succès d’estime indéniable...Les jeunesses recrutent.

Au même moment Jeannette Thorez-Vermersch condamnait la pilule et l’avortement et le futur candidat communiste à la présidentielle, Jacques Duclos « martelait depuis la tribune de la Mutualité que l’homosexualité était une maladie. Que seul le socialisme parviendrait à l’éradiquer, par l’excellence des soins médicaux » !?

La césure entre la jeunesse et le parti commencera, les salles de concert ne seront pas attribuées pour des raisons de sécurité(?), des centaines de jeunes ne reprendront pas leur carte....
Les gosses d’Aubervilliers qui aujourd’hui se retrouvent grâce à internet ont été profondément marqués par cette histoire partagée, certains choisissant l’appareil, d’autres l’opposition ou la recherche d’autre chose, d’un autre paradis que ce « socialisme » vieillot et bureaucratique....

Tout n’est pas abordé dans ce livre et notamment le changement opéré par le PCF qui a fini un peu plus tard à accepté le rock à la seule condition c’est qu’il y ait silence dans les rangs et que personne ne puisse remettre en cause la ligne....Cette question reste d’ailleurs en filigrane lorsque les internautes évoquent le séisme entre la Chine et l’URSS.

J’ai lu avec passion ce livre, du début des conversations en ligne à ces retrouvailles... Le lecteur retrouve bien le style de l’écrivain et son talent qui consiste à nous prendre dans des filets qui nous plongent dans une histoire sociale et ne nous relâchent que lorsque l’énigme est résolu....

Je salue l’artiste capable de changer de répertoire en étant toujours capable de captiver son lectorat.
Et tout ceci pour 5 petits euros !

Jean-François Chalot

« Camarades de classe »
roman de Didier Daeninckx
Éditions Folio
octobre 2009
178 pages
5 €