Réunion nationale des établissements en lutte du 3 mai 2008

dimanche 4 mai 2008
par  PB, Administrateur

Dès le 6 mai, coordonner partout les luttes pour l’Education, le Service Public et la Solidarité

Dans l’Education, la mobilisation se développe depuis plusieurs semaines contre les suppressions de postes et la liquidation du service public d’éducation. Cette lutte des enseignants et des autres personnels, des parents et des lycéens, par la grève, les occupations blocages et les manifestations a donné des premiers résultats :

- Sur les revendications, comme par exemple aux lycées Diderot à Marseille, Voltaire à Paris, Henri Wallon à Aubervilliers

- Sur l’extension de la mobilisation à l’ensemble des secteurs éducatifs (lycées pro et généraux, collèges, premier degré,…), de l’Ile de France à l’ensemble des régions, y compris Outre Mer. Les syndicats, soutenus par la FCPE et les groupes pédagogiques, appellent à la grève le 15 mai, rejoints par les fédérations de l’EN sur les services publics, l’emploi et les salaires. Deux manifestations nationales sont organisées, la 18 mai à Paris par la FSU, le 24 mai unitaire et régionalisée.

- Sur l’impact dans l’opinion, favorable au mouvement à 65 %, dans les média qui relaient tout de même, et au ministère, où Darcos, conspué par la rue est affaibli par notre lutte.

A l’image de ce pouvoir, discrédité dans l’opinion et affaibli par la lutte des travailleurs sans papiers et par les nombreuses grève dans le secteur privé.

Réussir le 6 mai et ses suites dans l’éducation, pour faire reculer Darcos,

et pour réussir le 15 mai éducation et fonction publique ainsi que l’interprofessionnel.

Les propos de Darcos, le discours de Sarkozy et les calendriers du Parlement et des ministères montrent que le gouvernement comptait sur les vacances et la proximité des examens pour achever la liquidation de l’école publique laïque. La persistance de la mobilisation pendant le mois de congés décalés (40 à 50000 manifestants le 29 avril dans les zones A et B, soient autant qu’en IdF avant les congés, grèves à l’initiative d’établissements et de structures syndicales…), devrait contraindre le gouvernement à reculer, à condition de renforcer la mobilisation dans l’éducation dés le 5 lorsque les 3 zones seront rentrées et en intégrant dans un dispositif cohérent les propositions de centralisation nationale des syndicats et les appels à l’extension fonction publique et interprofessionnelle :

- grève et manifestation avec les lycéens le 6 mai 08 et détermination dans les AG départementales, de bassins, d’établissements et d’écoles, des suites (reconductions, blocages, occupations…) qui doivent concourir à étendre et populariser la bataille pour l’école, sans attendre le 15.

- grève et manifestation le 15 mai et proposition dans les AG de sa reconduction dès le 16, ce qui crédibiliserait les manifestations nationales éducation du 18 mai et du 24 pour gagner sur :

— Le refus des suppressions de postes, de classes de filières, d’options de dispositifs d’aide (soutien, RASED…) et des heures supplémentaires

— Le maintien de tous les BEP et le retrait des bacs pro en 3 ans

— L’abandon du rapport Pochard et le retrait de la réforme Darcos du premier degré

— L’exigence d’arrêt de la répression et la levée de toutes les sanctions administratives ou pénales.

Prochaine réunion nationale des établissements et de AG départementales en lutte le 17 mai à 18 h au 8 impasse Crozatier, Paris 12 ° (métro gare de Lyon, ou Reuilly Diderot). Venir avec des propositions des structures qui vous envoient.

Réunion nationale des établissements et de AG départementales en lutte
(Ile de France, Jura, Limoges, Oise, Toulouse, Var)


Brèves

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)