Profession démago

mardi 11 mars 2008
par  PB, Administrateur

DEMAGOS DE TOUS LES PAYS PRENEZ EN DE LA GRAINE !

Voici là des constats, une analyse, des illustrations, une leçon de chose qui risquent de ne pas prendre une seule ride. Il s’agit de l’histoire et de l’actualité d’aujourd’hui.

Si le lecteur, en fonction de ses choix personnels ne classera pas tel dirigeant historique parmi les démagogues présentés dans cet ouvrage, il y trouvera des « leçons » fort utiles pour mieux comprendre l’art d’être démago.

La recherche sur le langage et les définitions des termes utilisées introduisent chaque leçon... La réflexion et l’ironie forment l’épine dorsale de ce livre, pour le plaisir du lecteur surtout pour celui qui combat la démagogie et dénonce toutes celles et tous ceux qui méprisent le peuple, voué à être trompé et manipulé.

Les « principes » sont posés et expliqués comme ceux qui guident la bonne allocution.

Le propos doit être cohérent et gare à celle qui après la campagne explique qu’elle avait tort de se prononcer pour les 35 heures et le SMMIC à 1500 euros, elle risque de payer le prix de la contradiction visible entre deux discours.

Le propos doit être pertinent et pas la peine pour cela d’être trop prolixe, le président de la République actuel n’utilise pas plus de 1500 mots pour son répertoire, beaucoup moins que ses prédecesseurs. Il suffit d’apporter une information nouvelle claire qui soit en phase avec les préoccupations du public visé.

Le propos « doit être prégnant, c’est à dire avoir une force de frappe sur le récepteur » et créer un instant d’émotion, une sorte de pathos créant un lien entre le démagogue et son auditoire.

Tout est dans le spectacle, le choix des images utilisées, le ton pris, l’adaptation complète à son public que l’on connaît parfaitement et le bon démagogue reste celui qui sait contrôler ou utiliser ses dérapages.
Démago confirmé ! « Vous pouvez et vous devez descendre dans la salle. Mais ne jamais laisser le public envahir la scène. »

Mais pour certains il vaut mieux se ménager pour avoir la faveur du peuple. "Voyez la popularité de Jacques Delors en 95. Au zénith, après avoir été un piètre ministre des finances, un médiocre dirigeant européen et après avoir essuyé trois dévaluations."

L’auteur ne ménage ni les vivants, ni les morts, qu’il s’agisse des démagos qui nous gouvernent ou de ceux qui ont fini "dans la honte ou dans l’oubli", le tout pour le plaisir de notre lecture.

Jean-François CHALOT

« Profession démago »
de Jean-Paul Gourévitch
« Comment devenir démago en 8 leçons »
Editions du Palio
219 pages
16,90 €
janvier 2008