Supprimer définitivement le Rallye-Dakar

mardi 19 février 2008
par  QD, Administrateur

(article publié dans la revue "L’Emancipation syndicale et pédagogique", n°6 de février 2008)

Supprimer définitivement le Rallye-Dakar


Cette année le Rallye-Dakar, rallye de la honte qui devait partir de Lisbonne défoncer une nouvelle fois les pistes et les routes africaines n’a pas eu lieu. Ce n’est une victoire pour personne mais c’est une défaite pour les organisateurs, les institutions et les meutes sportives qui soutiennent sans fléchir cette horreur depuis près de trente ans.

La peur d’al-qaida et la mort de quatre touristes assassinés en Mauritanie auront eu raison d’une folie sportive que jamais les organisations démocratiques de ce pays n’ont condamnée frontalement. Quelques unes (LDH, les Verts, Fédération Anarchiste, Sud éducation, L’Emancipation, divers associations tiers-mondistes) ont publié quelques communiqués mais toutes ou presque ont laissé dans l’isolement les quelques militants qui en France ou ailleurs ont pratiquement chaque année tenté de dénoncer ces ripailleries de bourgeois au vent du Ténéré.


Avec cette annulation que les organisateurs ont prononcé « à l’insu de leur plein grès », Chacun qui y est allé de sa déclaration, toutes plus ahurissantes les unes que les autres : « …c’est dramatique de savoir que l’Afrique est un continent abandonné et qu’il le sera de plus en plus, au point, maintenant de ne même plus y aller faire du sport. Nous, on faisait du sport, en faisant de l’humanitaire en même temps » (Bruno Saby vainqueur en 1993). Ils en sont tous persuadés ; c’est le résultat d’un véritable travail idéologique de la part des organisateurs depuis de longues années. « J’espère que les organisateurs auront le courage de se pencher à nouveau sur une nouvelle organisation et qu’en 2009 l’on pourra assister à un beau Dakar sans problème car le Dakar est important pour l’Afrique » (Jacky Ickx vainqueur en 1983) ou encore, dans le rôle de celui qui prend conscience : « La valeur du Dakar c’est d être une vitrine de l’Afrique. Les Africains ont été privés de tout, faut-il les priver aussi du Dakar ? Le fait d’annuler le rallye doit nous réveiller : le destin des Africains, c’est le nôtre » (Ari Vatanen, plusieurs fois vainqueur et député européen Ump).

La palme de la pertinence du propos revenant au Secrétaire d’Etat aux Sports, Bernard Laporte : « …C’est vrai que le Paris-Dakar fait partie du patrimoine français et du patrimoine africain aussi. »


Avec cette annulation, le rallye de la honte et des 50 morts depuis 1979 est en difficulté dans son existence même. Mais déjà l’Etat vole à son secours : « le secrétaire d’Etat aux Sports, Bernard LAPORTE, entend les assurer [les organisateurs] de son soutien, faire le point sur les effets de l’annulation de l’édition 2008 et sur les pistes qui permettront d’assurer la pérennité du Rallye-raid Dakar qui appartient au patrimoine du sport français, comme il appartient également à l’Afrique compte tenu de l’enthousiasme suscité par l’évènement du Maroc au Sénégal » (extrait du communiqué ministériel du 8 janvier 2008).


Il faut arrêter définitivement cette escapade néocoloniale dans des régions où survivre est l’exploit de chaque jour.

Si vous voulez écrire…Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative 95, avenue de France 75650 Paris Cedex 13


Didier Pagès