Antimilitarisme

Face à l’armée
mardi 10 octobre 2006
par  Henri Amadei

Cet article fut publié en 2004 dans la revue "L’émancipation syndicale et pédagogique" à l’occasion de la journée internationale du 20 mars contre la guerre, à l’initiative de pacifistes américains, reprise par le Forum Social Européen de Paris puis le Forum Social Mondial de Bombay .
Educateurs laïques, nous avons pour mission de contribuer à la formation d’esprits libres, capables de penser et d’agir par eux-mêmes. D’où la nécessité du droit d’accès critiques à tous les savoirs (contenus et méthodes pédagogiques actives) pour tous, sans tabous et contre tout endoctrinement (armée, église, militaires, nucléocrates, patronat, sectes) . A l’ émancipation, nous sommes tous antimilitaristes. Les uns le sont contre toutes les armées, pour un désarmement unilatéral. Les autres s’interrogent sur la nécessité d’armer le peuple en cas de construction du socialisme, construction réelle évidemment, face aux interventions prévisibles de l’impérialisme et de ses relais, locaux ou non.

Le SAMEDI 20 MARS , premier anniversaire de l’invasion US de l’ Irak, les gens des villes du monde entier se rassembleront pour exiger : " Mettez fin à l’occupation - Ramenez les troupes à la maison MAINTENANT ! " . Aux USA, les principales manifestations sont prévues à New York, Los Angeles, San Francisco et de nombreuses autres villes. Les manifestations du 20 mars soutiendront le droit du peuple irakien sans conditions, et de tous les peuples victimes de guerres et/ou occupations.
L’appel initial a été lancé par les pacifistes américains ( Coalition A.N.S.W.E.R. Act Now to Stop War & End Racism = Agissez maintenant pour stopper la guerre et le racisme + Fédération américaine arabe musulmane + Alliance Palestine Libre + Muslim Arab Society Freedom Foundation + Muslim Student Association ). Le forum social européen de Paris décidait d’organiser le 20 mars une journée internationale et européenne de manifestation contre la guerre d’occupation. L’appel du FSE a été repris par le Forum Social Mondial de Bombay . Le mouvement anti-guerre prépare activement cette journée internationale d’action en Italie, en Grande Bretagne, en Allemagne ... Dans certaines villes (comme St Etienne), le mouvement sera CONTRE TOUTES LES GUERRES , CONTRE LES OCCUPATIONS . A st Etienne, les collectifs se sont réunis, axeront les interventions surtout contre trois guerres et occupations, en IRAK , en PALESTINE, en TCHéTCHéNIE (sans exclusive).

Educateurs laïques, nous avons pour mission de contribuer à la formation d’esprits libres, capables de penser et d’agir par eux-mêmes. D’où la nécessité du droit d’accès critiques à tous les savoirs (contenus et méthodes pédagogiques actives) pour tous, sans tabous et contre tout endoctrinement (armée, église, militaires, nucléocrates, patronat, sectes)
* Nous refusons l’"Union Nationale" . Tous les gouvernements d’"Union Nationale" ont été des gouvernements anti-ouvriers.
* Nous sommes solidaires des travailleurs du monde entier dans leur lutte pour leur émancipation.
* Nous ne sommes en rien solidaires du patronat, de la haute bourgeoisie et des marchands de canons.
* Nous refusons la collaboration de classe à l’armée.
* Nous refusons d’être complices de l’inculcation militaire destinée à contribuer au travail de domestication des dominés.
* A ce titre, nous nous opposons à la "symbiose armée-éducation" institutionnalisée par les deux protocoles d’accord armée-éducation (Hernu-Savary puis Chevènement-Jospin), à "l’esprit de défense" inculqué aux enfants et aux jeunes par l’armée, soit directement soit par l’encadrement de stages de formation d’enseignants par l’armée.
* La censure de livres scolaires, notamment parce qu’ils comparaient le coût d’équipements civils et militaires, est scandaleuse - notamment lorsqu’elle se fait à la demande de la présidente de l’association nationale pour l’enseignement "libre", du ministre des Armées (Charles Hernu) ou de tout autre.
* Nous refusons toute confiance, mal placée, à une caste militaire héritière de ceux qui proclamaient en 1940, plutôt que de se battre réellement : "Plutôt Hitler que le Front Populaire !" .
* En France, les ordonnances de 1959, toujours en vigueur, permettent un état d’exception contre, notamment, le droit de grève .
* Nous pensons que l’armée reste le recours suprême de la bourgeoisie contre toute montée révolutionnaire, contre toute remise en cause des intérêts du capitalisme international.
* Nous voyons l’armée prête à soutenir les régimes fantoches, à renverser des gouvernements insuffisamment dociles.
* Nous dénonçons l’armée, vitrine des usines d’armement françaises (la France étant au 3ème rang mondial des vendeurs d’engins de mort). Nous exigeons la fermeture des supermarchés d’armement comme Eurosatory. La France, un des principaux vendeurs de technologie nucléaire, a frayé la voie à la bombe atomique dans plus de 20 pays, dont la Chine, l’Inde, l’Iran, l’Irak, Israël, le Pakistan ...
* Nous savons ce que sont devenus trop de jeunes au retour des guerres du Vietnam, d’Algérie et autres.
* Les fantastiques crédits militaires dépensés dans le monde entier conduisent les peuples à la misère, à la famine, à la guerre. Les centaines de milliards engloutis dans les budgets militaires n’ont d’autre "utilité" effective que de réjouir la caste militaire et d’enrichir les marchands de canons - ou de détruire et massacrer !
A l’ émancipation, nous sommes tous antimilitaristes. Les uns le sont contre toutes les armées, pour un désarmement unilatéral. Les autres s’interrogent sur la nécessité d’armer le peuple en cas de construction du socialisme, construction réelle évidemment, face aux interventions prévisibles de l’impérialisme et de ses relais, locaux ou non.
Henri AMADEI
Loire

Article publié dans le N° d’avril 2004 de la revue mensuelle "L’émancipation syndicale et pédagogique" .