Pédagogie et Revendications, dans le supérieur aussi ...

contribution pour le congrès d’orientation du SNESup-FSU, où Emancipation est la tendance oppositionnelle
mercredi 29 novembre 2006
par  Henri Amadei

Une fausse réputation
attribue aux enseignants-chercheurs et enseignants du supérieur une prétendue indifférence à l’enseignement . Quel ministre n’a pas communiqué largement, en vantant ses "réformes" parachutées (et s’appuyant sur des lobbies au service du libéralisme ...etc... ), des résistances prétenduement "conservatrices" des universitaires - d’universitaires défendant la qualité et le caractère national (voire la reconnaissance internationale) des diplômes, la nécessité de formations développant des accès critiquex aux savoirs (dans l’enseignement et la recherche) .

Il est vrai que que : * la carrière dépend de la recherche, * les recrutements argumentés sur l’enseignement sont trop souvent "tordus" par lobbying en fonction des laboratoires de recherche (dont les besoins sont réels), * on ne sanctionne pas celles et ceux qui se désintéressent de leur enseignement, * l’institution ne met guère les moyens sur l’enseignement, * les initiatives d’équipes d’enseignants ne sont pas encouragées, doivent recalculer à la baisse pour que celà coûte le moins cher possible en heures, ...

Mais, outre l’élaboration régulière (plans quadrienneaux) et argumentée de nouveaux diplômes (et rénovations des formations existantes), il existe quand même de très nombreuses initiatives au service de la qualité et de la réussite des étudiants : * tutorats, groupes de soutien associant enseignants et étudiants plus avancés, * cours-TD intégrés avec concertations régulières, * exposés étudiants avec recherches personnelles préalables (guidées bénévolement par les enseignants), y compris en DEUG, * montage et encadrements de manipulations par des étudiants pour accueillir des classes (valorisation mutuelle) , * concertations entre équipes d’universités différentes, autour des DEUG ... , * suivi de suites d’études de cohortes d’étudiants... etc ...

MAIS SANS RECONNAISSANCE réelle par le ministère et l’institution .

Le souci de contribuer à la formation d’esprits libres, par un accès critique aux savoirs (méthodes et contenus) est une préoccupation centrale .

Emancipons !
Ci-dessous des extraits de la plateforme pédagogique de "L’émancipation intersyndicale et pédagogique" :
" ... ... en lien avec la perspective d’une transformation révolutionnaire de la société ...
Pour un service public d’éducation national, laïque et unifié, réparti sur tout le territoire, indépendant de tout groupe de pression, confessionnel, économique, patronal, politique, indépendant des politiques locales et régionales, et pour la nationalisation sans indemnité ni rachat des écoles privées, confessionnelles et patronales. ...
Pour un projet éducatif, reposant sur un certain nombre de principes définis par les mouvements pédagogiques dont l’objectif est l’émancipation des individus
Pour la mise en place d’une vie coopérative instituée et instituante : apprentissage de la participation visant la Coresponsabilité de la vie du groupe et de l’établissement, la mise en place de conseils coopératifs, la formation à l’autonomie par l’entraide, la construction des connaissances en interaction avec les pairs et les adultes.
... le droit d’exprimer librement son opinion sur toutes questions l’intéressant ...
Pour reconnaître à chaque personne partageant la vie de l’établissement un rôle en lien avec les équipes éducatives
Pour le droit à une culture commune émancipatrice, polytechnique et polyvalente pour tous
... ...
Pour la mise en pratique des pédagogies émancipatrices fondées sur le tâtonnement expérimental , la coopération et la mutualisation , articulant travail collectif et individuel
... ...
Pour l’analyse critique collective des pratiques et des supports pédagogiques dans la perspective de la lutte contre tous les stéréotypes , notamment racistes et sexistes
Pour une direction collégiale des établissements .
Pour la défense prioritaire des salariés les moins rémunérés dans le secteur de l’Education, par des augmentations de salaires uniformes dans la perspective d’un salaire égal pour tous.
Pour l’éradication de toute forme de précarité , par l’arrêt des recrutements de personnels de statut précaire et la titularisation immédiate des précaires actuels sans conditions de concours ni de nationalité.
Pour l’unification des statuts
Pour la création d’un corps unique ...... de la maternelle à l’université
"
Henri Amadéi
(Emancipation)
amadei.henri@wanadoo.fr ;

Outre la motion d’Orientation « Emancipation » au SNESup-FSU (1*), cette contribution « pédagogie et revendications dans le supérieur » ainsi que d’autres contributions Emancipation ont été publiées dans les bulletins du SNESup-FSU préparatoires au congrès d’orientation (2**), signées par d’autres camarades de la liste « Emancipation au SNESup-FSU » , ainsi qu’un texte « NON au rapport d’activité » (1*)

(1*) « Emancipation » est la tendance d’opposition au SNESup-FSU, face à une coalition majoritaire bitendancielle : § AS (« Action Syndicale ») + § EE (« Ecole Emancipée », dirigée par une FRACTION LCR) .

(2**) Plusieurs contributions Emancipation au congrès d’orientation du SNESup-FSU de mar-avril 2004 ont été publiées, signées par d’autres camarades de la liste Emancipation (travail d’équipe), sur notamment :
§ « Les IUFM en péril » , § « Lutter contre la précarité », § « La CES chape de plomb sur le syndicalisme en Europe », … etc…

Deux élus Emancipation à la CA nationale du SNESup-FSU, Henri Amadéi (amadei.henri@wanadoo.fr) et Bernard Deknuydt (victor.dek@caramail.com) . Trois camarades dans la commission "Formation des maîtres", ... etc...