Camping devant le rectorat de Creteil

lundi 17 octobre 2005
par  Daniel

Devant le mépris de l’Education Nationale, LES NON TITULAIRES REDUITS AU CAMPING

Des milliers de non titulaires, enseignants, TOS aides éducateurs, sont au chômage cette année. Les rectorats ont déjà fait savoir qu’ils ne remploieraient personnes dans de nombreuses disciplines. Quand ils sont remployés, les contractuels, se voient systématiquement proposer des vacations, travail à la tâche sans garanties professionnelles ni protection sociale.Les perspectives de titularisation déjà bien maigres deviennent quasi inexistantes (suppressions de postes aux différents concours, fin des concours réservés et du professionnel, licenciements nombreux en fin de stage…) Le chômage est payé avec des mois de retard, sans compter sa remise en question par les ordonnances Villepin. Les précaires voient leurs conditions de vie sacrifiées par un système qui rentabilise la formation des jeunes et fait payer le prix aux personnels, à commencer par les plus fragiles.

Les non titulaires se rassemblent nombreux devant les rectorats, rejoignent dans différentes régions les collectifs de non titulaires et ils en créent lorsqu’il n’en existe pas. Ces collectifs unitaires sont soutenus par des intersyndicales larges.En région parisienne, le Collectif des non titulaires Ile de France est soutenu par la CGT, la CNT, le SNES, SUD Education… Le collectif s’est ouvert aux titulaires désireux d’en finir avec cette précarité qui rime de plus en plus avec absence de droits, qui broie les non titulaires et qui rogne progressivement les garanties acquises de l’ensemble des travailleurs (remplacements à l’interne, introduction de CDI dans la fonction publique, à la place des personnels sous statut…)

Le Collectif, a été reçu au Ministère avec l’intersyndicale à l’issue de la manif contre la précarité du 21 septembre, et a rencontré De Robien le 12 octobre. A l’échéance des « 100 jours pour l’emploi » de Villepin, le Collectif n’a pas obtenu plus de réponses que lorsque qu’il avait été reçu en juin au début des « 100 jours » sur :

le réemploi immédiat de tous les personnels non titulaires
le refus des vacations degré ultime de la précarisation
le paiement immédiat du chômage
la titularisation sans conditions
Cette absence de réponse du Ministre de l’Education, comme du Premier Ministre, comme des Recteurs, des Inspecteurs d’académie, à notre envie et à notre droit de travailler, bafoue notre dignité professionnelle, autant que le droit des élèves à des effectifs décents et à la continuité pédagogique pour les remplacements.

Devant ce mépris, les non titulaires sont acculé(e)s à camper devant les différents niveaux administratifs pour obtenir des réponses et montrer à l’opinion que les licenciements et la précarité sont très importants dans la fonction publique et particulièrement dans l’Education nationale, la plus grande entreprise du pays pour l’intérim (des dizaines de milliers de précaires) et les licenciements (des milliers de mises au chômage).

Après 15 jours de siège du rectorat de Nice, les non titulaires campent devant le rectorat de Créteil, rue G. Enesco (métro Créteil L’Echat)

Le Collectif Ile de France propose de tenir le plus rapidement possible une réunion de coordination nationale des collectifs de non titulaires pour généraliser ces actions de siège des administrations.

Le collectif des non titulaires IDF, se réunit tous les mercredis à 18h, à la Bourse du Travail de République, 3 rue du Château d’eau, 75010 Paris.