Bienvenue à Censureland !

vendredi 20 juillet 2007
par  PB, Administrateur

Le ministère bloque la campagne pédagogique du film primé par le grand jury Education nationale à Cannes !

Suivant les injonctions du lobby anti-avortement (voir communiqué de l’association "Choisir la vie") et passant outre à l’intervention de l’Inspection générale (voir courrier du 28 juin C Juppé-Leblond en pièce jointe) le nouveau Ministre de l’Education nationale Xavier DARCOS invoquant le "principe de précaution" ! a pris la décision (voir circulaire cabinet du 2 juillet en pièce jointe) de faire interdire dans les Ecoles, Collèges et Lycées le programme pédagogique qui était jusqu’ici prévu pour accompagner le film roumain de Christian Munguiu 4 mois, 3 semaines et 2 jours , lauréat du grand prix de l’Education nationale, et qui traite de l’avortement.
Cette décision a suscité une réaction de la Société des Réalisateurs et une lettre publique adressée à M.Darcos signée par l’Observatoire de la liberté d’expression en matière de création de la LDH. (voir communiqué) qui ont demandé au Ministre de revenir sur sa décision. Voir aussi le Blog des 60 à Cannes.
Des mesures de censure concernant le film même, Palme d’or de Cannes et qui doit sortir le 29 août en salle, ne paraissent pas exclues.

Cette affaire marque le choix d’un retour en force à l’ordre moral et au principe indéfendable aujourd’hui de "l’école sanctuaire". Outre le déni de la liberté de choix des femmes et du droit à l’éducation à la sexualité des jeunes, Emancipation tendance Intersyndicale et pédagogique appelle à dénoncer une atteinte préjudiciable à l’éducation des jeunes à l’image. Que cette éducation - reconnue enfin comme indispensable - soit désormais placée sous le signe de la censure masquée derrière le prétexte du "principe de précaution" est effarant et surtout irresponsable.
En l’occurrence, nous affirmons que la précaution, c’est d’armer les jeunes face à l’impact déstructurant d’un débordement incontrôlable et envahissant des images de toutes sortes, dont ils sont consommateurs passifs ou addictifs, mais aussi désormais producteurs systématiques notamment avec internet et les téléphones portables.

Diffusez, réagissez, téléphonez, faxez... faîtes connaître votre indignation au Ministre de l’EN, aux rectorats, dans les Académies etc. Mobilisez pour le retrait pur et simple de cette circulaire !


Documents joints

Courrier Inspection Générale
Courrier Inspection Générale
Circulaire
Circulaire