L’avenir incertain des IUFM : une bataille idéologique qui reste à mener

lundi 14 mai 2007
par  Henri Amadei, PB, Administrateur

L’Ecole a toujours constitué un enjeu idéologique, et la formation des maîtres avec elle. Les IUFM vivent une transformation importante, sans que l¹on sache où ce processus, éclaté et décentralisé, mènera la formation des enseignantEs, les personnels et les étudiantEs. Mais ce changement n¹est pas seulement structurel. Il s’inscrit dans une mise aux normes européennes des filières universitaires, allant vers la concurrence et la privatisation des Universités livrées à une conception marchande de l’Education et des savoirs.

Outre la confusion croissante public-privé, avec la cession à ce dernier de formations concurrentielles, la situation est tout aussi inquiétante pour le recrutement. La fin des concours nationaux ouvrant droit à un poste prépare la voie au recrutement direct par des chefs d¹établissement ou des pouvoirs locaux - comme c¹est le cas dans d¹autres pays européens - dans un " vivier " de détenteurEs d¹un master d¹enseignement où l¹on pourra puiser précaires et contractuels.

L’avenir du secteur de la formation des maîtres est au coeur de la précarisation. Celle des formateurEs, mais aussi des étudiantEs et donc des futurEs enseignantEs, dont les études non rémunérées posent le problème d’une pré-sélection sociale de fait que les anciennes E.N , puis les IPES et les débuts de l’IUFM avaient en partie permis d’éviter. Situation sur laquelle le SNESup, enclin à négliger ce secteur où co-interviennent plusieurs catégories d’enseignants, ne saurait rester plus longtemps silencieux.

Nous devons refuser une formation réduite au minimum d’enseignantEs exécutantEs dociles des oukases d’un ministre ou de l’idéologie des instances les plus réactionnaires de la société, et à ce titre artisans de la reproduction sociale. Mais pour cela le SNESUp doit s’engager avec les autres syndicats de la FSU, sans oublier les syndicats étudiants sans exclusives, dans la construction d’une dynamique unitaire permettant une approche globale des revendications.

Didier TORSET , Yves MATHERON (Emancipation)


Brèves

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)