Racisme, confusionnisme et matraquage à tous les étages

vendredi 15 mars 2019

On vit une époque formidable. Dans bien des pays de cette planète mondialisée, le capitalisme poursuit inlassablement la destruction méthodique de toutes les conquêtes sociales et, novlangue aidant, on appelle ces destructions “réformes” ou “modernisation”.

Comme cette casse fait beaucoup de dégâts et de mécontent·e·s, il faut trouver des boucs émissaires et des coupables. Ce sera, comme dans bien des époques de l’histoire “l’autre”, le/la migrant·e, le/la sans papier, le/la musulman·e forcément terroriste. En 1938, à la conférence d’Évian, il y avait eu consensus pour laisser crever les Juifs et Juives fuyant le nazisme. On observe aujourd’hui la même bonne conscience pour laisser crever les migrant·e·s en Méditerranée.

Gilets jaunes : des exclu·e·s qui se rebiffent

L’histoire a connu les jacqueries et les révoltes de gueux. Elle a aussi connu et continuera de connaître Spartacus et les révolutions ouvrières. Dans notre société où les inégalités se sont creusées comme jamais, des dominé·e·s et des précaires ont décidé de dire “non”. L’idéologie dominante a beau nier la lutte des classes, celle-ci s’est incontestablement réveillée.

Bien sûr on aurait aimé que les Gilets Jaunes reprennent la mémoire et les valeurs de ce qu’a été le mouvement ouvrier pendant des décennies. Les incessantes défaites subies ces dernières années et le délitement du tissu social font qu’ils/elles n’ont pas spontanément ces valeurs.

Les Gilets Jaunes repartent de zéro. Ils réinventent le “tous ensemble”, la démocratie directe, la solidarité, l’égalité. Ils/elles ont la haine des dominé·e·s contre le mépris de classe des dominant·e·s. Ils/elles tâtonnent. Extrême droite, complotistes et racistes de tout poil sont à l’affût pour récupérer cette lame de fond.

Contre eux et elles, le pouvoir a utilisé un niveau de répression inconnu depuis la fin de la guerre d’Algérie. On compte des dizaines de blessé·e·s graves, d’estropié·e·s, d’éborgné·e·s. Et même une morte à Marseille. En toute impunité. Aucun responsable des forces dites de l’ordre n’a eu à répondre de cette violence extrême. Par contre la “Justice” a condamné à tour de bras. Les nouvelles lois remettent en cause le droit de manifester.

La répression ne suffisant pas et le niveau de popularité des Gilets Jaunes restant élevé, il a fallu trouver autre chose. Et on a trouvé. Eureka : les Gilets Jaunes sont antisémites !

Le racisme est indivisible

JPEG - 36.3 ko

Les propos entendus contre Alain Finkielkraut sont racistes, imbéciles et inexcusables. “La France est à nous” ? “Rentre chez toi en Israël” ? Il y aurait tellement de choses à dire sur ce philosophe qu’on est aussi indigné qu’atterré.

Faut-il rappeler les déclarations d’Alain Finkielkraut sur l’équipe de France de football qui est black, black, black et qui serait ainsi la risée de l’Europe ? Qu’aurait-on dit si quelqu’un·e estimait qu’il y avait trop de Juifs dans une équipe ? Finkielkraut a régulièrement stigmatisé les habitant·e·s des quartiers et les musulman·e·s accusé·e·s de ne pas aimer la France. Au-delà du racisme de comptoir, Finkielkraut montre là une sérieuse amnésie sur les stéréotypes dont les Juifs et les Juives ont été affublé·e·s.

Le Président de la République a immédiatement volé au secours de l’académicien provocateur. Au nom de quel antiracisme ? “Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan”. Tout y est : le mépris de classe, la suffisance des dominants. Et surtout, le racisme séculaire contre ceux qu’on appelle les “gens du voyage”. À la stigmatisation classique contre les “voleurs de poules”, le Président ajoute que ces gens-là sont forcément frustes et incultes.

Que dire d’un Président qui “combat” l’antisémitisme et a essayé par la bande de réhabiliter le Maréchal Pétain au moment des célébrations du 11 novembre dernier ? Comme si la boucherie de Verdun était plus honorable que la rafle du Vel d’Hiv !

Comment expliquer que des gens qui condamnent l’antisémitisme profèrent des propos racistes ? Probablement parce qu’ils veulent faire de l’antisémitisme un racisme à part. Il l’a été à l’époque du génocide nazi. Tous les racismes ne mènent à l’extermination programmée comme cela été le cas contre les Juifs et les Juives, les Tsiganes, les Arménien·ne·s, les Tutsis. Mais aujourd’hui, en quoi l’antisémitisme est-il à part par rapport au racisme que subissent les Noir·e·s, les Arabes, les Roms, les musulman·e·s ? Il n’y a qu’un seul racisme et qu’une seule lutte contre lui. Ceux et celles qui hurlent dès qu’il y a le moindre acte contre un Juif ou une Juive tout en multipliant les propos racistes contre d’autres sont infréquentables. Prenez les discours récurrents sur “l’immigration” et remplacez ce mot par “juif” : on retrouve les discours des années 30 qui ont permis l’arrivée au pouvoir des nazis.

Ceux et celles qui multiplient les amalgames entre antisémitisme et solidarité avec les Palestinien·ne·s, sont tout sauf des antiracistes.

Il faut relire le pasteur Niemoler : “Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste. Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester”. Ceux et celles qui ont entretenu le racisme en pensant qu’il ne toucherait pas les Juifs et les Juives ont joué aux apprentis sorciers.

Comment peut-on penser qu’on peut mépriser, stigmatiser et insulter tous les jours les Noir·e·s, les Arabes ou les Roms sans que les Juifs et Juives ne soient touché·e·s ?

Le sionisme est une idéologie raciste

Pour reprendre les mots d’Hannah Arendt, l’antisémitisme racial, et avant lui l’antijudaïsme chrétien, ont frappé des Juifs et Juives “parias” de l’Europe et considérés comme des Asiatiques inassimilables.

Aucune hiérarchisation entre les différentes formes de racisme n’est acceptable. Mais aucune complaisance envers les crimes commis contre les peuples non plus.

En quoi l’antisémitisme excuse-t-il une idéologie colonialiste et suprématiste qui a développé et institutionnalisé l’apartheid ?

L’imbécile qui a injurié Finkielkraut lui a dit de “rentrer chez lui, en Israël”. C’est scandaleux comme le sont les déclarations de Nétanyahou au moment de l’attentat contre Charlie Hebdo quand il déclare aux Juifs et Juives de France que leur pays, c’est Israël, et qu’ils et elles doivent partir. Aucun antisémite depuis Vichy n’avait osé nous dire que nous n’étions pas chez nous ici. Pourquoi n’y a-t-il eu aucune réaction, notamment de la part des organisations de droits de l’homme ?

Quand des cimetières juifs sont profanés, nous sommes révulsés, la bête immonde n’est donc pas morte. Mais quand Nétanyahou déclare qu’Hitler ne voulait pas tuer les Juifs et Juives et que c’est le grand mufti de Jérusalem qui lui a soufflé l’idée, pourquoi y a-t-il si peu de réactions à ces déclarations négationnistes décomplexées ? Pourquoi ferme-t-on les yeux sur les amis de Nétanyahou, à savoir Bolsonaro, les Chrétien·ne·s sionistes qui sont des antisémites millénaristes ou Viktor Orban qui réhabilite le régime de l’Amiral Horthy, celui qui a activement participé à l’extermination des Juifs et Juives hongrois·es ? Comment être un·e antiraciste crédible quand on laisse de tels dirigeants israéliens distribuer les bons points et les mauvais points sur l’antisémitisme ?

En France, le CRIF a choisi comme dirigeant un ancien du Bétar. Le Bétar, pour celles et ceux qui n’ont pas la mémoire courte, c’est un peu l’équivalent des Identitaires. Autre dirigeant du CRIF, l’avocat Goldnadel déclare tranquillement : “Des colonies de peuplement, contre l’avis des autochtones, il y en a en Seine-Saint-Denis. Un Juif est moins étranger en Judée”. Dans un pays qui combattrait le racisme, il serait jugé et condamné pour ce genre de propos. Au contraire, il est “reconnu” par nos autorités et c’est lui qui attaque systématiquement en justice quiconque critique Israël.

Retrouver la raison

Il est assez navrant de voir plusieurs partis, syndicats ou associations “de gauche” (c’est vrai que le terme perd son sens) aller manifester contre l’antisémitisme avec des Ciotti ou d’autres dirigeants politiques qui ont fait prospérer leur carrière sur la stigmatisation. Cela rend le message plus qu’incompréhensible. Cela induit l’idée qu’on a le droit de haïr et de brutaliser les Arabes ou les Noir·e·s, mais pas les Juifs/Juives.

Loin de défendre ceux et celles-ci, cela les met en danger. Cela les désigne comme jouissant de privilèges. Cela favorise et entretient les pires stéréotypes meurtriers dont les Juifs et Juives ont souffert dans l’histoire.

À ce “deux poids, deux mesures”, s’ajoute à un mensonge : l’idée que l’antisémitisme, ce sont les Arabes, les Noir·e·s et les musulman·e·s. Non, l’antisémitisme a été fabriqué en Europe et dans le monde chrétien. Il a été le dénominateur commun de toutes les idéologies d’extrême droite. L’attentat de Pittsburg a rappelé que cet antisémitisme est toujours vivace. Les amitiés et le révisionnisme de Nétanyahou n’en sont que plus obscènes.

Retrouver la raison, ce serait donner un sens à la devise “Liberté, égalité, fraternité”. Quand des racistes donnent le “la” sur qui est raciste et qui ne l’est pas, cela devient “allégeance, stigmatisation et hypocrisie”.

Pierre Stambul

Nous sommes juifs et nous sommes antisionistes

Nous publions ci-dessous un communiqué de l’Union Juive Française pour la Paix que nous aurions pu signer.

Nous sommes juifs et juives, héritiers et héritières d’une longue période où la grande majorité des Juifs et Juives ont estimé que leur émancipation comme minorité opprimée, passait par l’émancipation de toute l’humanité.

Nous sommes antisionistes parce que nous refusons la séparation des Juifs et Juives du reste de l’humanité.

Nous sommes antisionistes parce la Nakba, le nettoyage ethnique prémédité de la majorité des Palestiniens et Palestiniennes en 1948-49 est un crime qu’il faut réparer.

Nous sommes antisionistes parce que nous sommes anticolonialistes.

Nous sommes antisionistes par ce que nous sommes antiracistes et parce que nous refusons l’apartheid qui vient d’être officialisé en Israël.

Nous sommes antisionistes parce que nous défendons partout le “vivre ensemble dans l’égalité des droits”.

Au moment où ceux qui défendent inconditionnellement la politique israélienne malgré l’occupation, la colonisation, le blocus de Gaza, les enfants arrêtés, les emprisonnements massifs, la torture officialisée dans la loi… préparent une loi liberticide assimilant l’antisémitisme qui est notre histoire intime à l’antisionisme,

Nous ne nous tairons pas.

La Coordination nationale de l’UJFP, le 18 février 2019


Brèves

10 janvier 2018 - Débat avec Jean-Marc Rouillan

Le samedi 13 janvier à 14h
Jean-Marc Rouillan sera à l’EDMP au 8 Impasse Crozatier Paris 12ème (...)

26 juin 2017 - Mardi 27 juin - Rassemblement et meeting unitaire - 12 h - Paris - Invalides

Pas de code du travail sur ordonnance !
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, (...)