En lutte contre les régressions éducatives

mercredi 13 mars 2019

Au lendemain du 5 février, journée de grève interprofessionnelle et de convergence avec les Gilets Jaunes, des AG d’établissements de la région parisienne ont décidé la reconduction de la grève. La lutte contre les “réformes Blanquer” s’est organisée pour s’ancrer dans la durée et s’élargir. Il s’agit de contribuer à son extension et à sa reprise dès le retour des vacances.

En région parisienne, le jour même du 5 février, les représentantEs de 57 établissements s’étaient retrouvéEs dans l’AG qui suivit la manifestation, pour débattre principalement de la reconduction de la grève. Le lendemain 11 établissements parisiens avaient reconduit la grève, et développaient à l’issue d’une nouvelle AG les revendications du mouvement.

AG des établissements parisiens

Mercredi 6 février 2018 – Salle Louise Michel à la Bourse du travail

Étaient représentés :

Collège Pailleron, Lycée S. Weil, Lycée Paul Valéry, Lycée Duruy, Lycée Jules Ferry, Lycée Quinet, Lycée Gabriel Fauré, Lycée Rodin, Lycée Voltaire, Lycée autogéré, Lycée Colbert. Également présents : parent d’élève FCPE Turgot, étudiante de Paris I, des représentants SNFOLC 75, puis en cours d’AG présence de représentants syndicaux CGT, SUD et FO ayant participé à l’intersyndicale 2nd degré.

État de la mobilisation :

– Trois établissements ont reconduit la grève à Paris ce mercredi : Lycée Duruy, Lycée Rodin, Lycée Paul Valéry. – Quatre autres établissements ont reconduit : Balzac à Mitry-Mory, Macé à Vitry-sur-Seine, Jaurès à Montreuil et Olympe de Gouges à Noisy-le-sec. (Mise à jour : ce jeudi ils ont tous reconduit et ont été rejoints par S. Weil à Paris, E. Galois à Noisy-le-Grand, Renoir à Bondy et Utrillo à Stains. Soit 11 établissements en reconductible en IdF) – Un communiqué commun à cinq établissements partis mercredi en reconductible a été diffusé – Plusieurs établissements se positionnent pour les nuits des lycées des 7 et 12 février – À Rodin, 10 AED ont reconduit la grève mercredi – Blocage des universités Tolbiac et Sorbonne mardi 5, sur l’augmentation des droits d’inscription pour les étudiants étrangers. AG vendredi – L’intersyndicale parisienne du second degré, SNES-CGT-FO-SUD, réunie ce jour, soutient les établissements en grève reconductible et appelle les établissements à se réunir en AG pour décider toute forme de mobilisation, y compris la grève. L’intersyndicale de Créteil appelle elle clairement à la grève reconductible.

Nous exigeons dès maintenant :

JPEG - 137 ko
  • Le retrait de toutes les réformes Blanquer-Vidal-Pénicaud-Macron du lycée professionnel, du lycée, du bac, de Parcoursup, des concours de recrutement des enseignant·e·s (Capes notamment) ou des transformations du statut des AED.
  • La titularisation de tou·te·s les contractuel·le·s par des concours ad-hoc mettant un terme à la précarisation des métiers.
  • Une augmentation immédiate des traitements et des salaires, des pensions et des retraites de 300 euros pour toutes et tous, ainsi que leur indexation sur l’inflation.
  • Une norme de 25 élèves par classe dans tous les niveaux (quand la réforme du lycée prévoit la généralisation de 35 élèves par division) et des seuils légaux et nationaux de dédoublement sur des critères pédagogiques permettant l’activité et le suivi de chaque élève.
  • L’abandon du projet consistant à imposer une seconde heure supplémentaire.
  • Des horaires et des rythmes scolaires nationaux, une nouvelle politique nationale de l’éducation et du temps libre garante de l’égalité et de l’accessibilité de toutes et tous aux loisirs sportifs et éducatifs.
  • Une véritable gratuité de l’éducation publique pour l’équipement des lycéen·ne·s professionnel·le·s comme pour les étudiant·e·s (des frais de scolarité égaux pour toutes et tous, y compris les étudiant·e·s étrangers).
  • Une nouvelle reconnaissance des droits syndicaux et politiques des lycéen·ne·s et étudiant·e·s, des droits de réunion, d’information.
  • Le respect de la liberté d’expression menacée par la loi Banquer, ainsi que le respect du droit de manifester menacé par la loi dite “anti-casseur”.
  • L’abandon du projet d’un 2e et 3e jour de carence dans la fonction publique.

L’AG des établissements parisiens :

  • Condamne le choix du gouvernement qui est celui de la répression envers les manifestant·e·s, notamment par l’usage des LBD et de grenades de désencerclement. Dernière victime en date sur une longue liste de manifestant·e·s réprimé·e·s et meurtri·e·s, Louis Boyard, représentant du syndicat lycéen UNL.
  • Appelle les établissements à se mobiliser en organisant des occupations lors des nuits des lycées des 7 et 12 février, en y invitant autant que possible les parents d’élèves.
  • Soutient les collèges qui se mobilisent contre les baisses de DHG.
  • Soutient les établissements qui sont d’ores et déjà entrés en grève reconductible.
  • Appelle les établissements à se réunir en assemblées générales pour débattre de la grève reconductible.
  • Appelle à participer massivement à l’AG Ile-de-France du vendredi 8 février à 19h, Bourse du travail de République.

L’AG du 6 février lançait également un appel à rejoindre la grève reconductible :

Communiqué des enseignants en grève reconductible en Ile-de-France

Mercredi 6 février

JPEG - 218.3 ko

Nous sommes enseignant·e·s à Balzac à Mitry-Mory, Jean Macé à Vitry-sur-Seine, Jean Jaurès à Montreuil, Olympe de Gouges à Noisy-le-Sec, Rodin, Duruy, Dorian et Paul Valéry à Paris. Nous avons décidé de reconduire la grève ce mercredi matin.

Nous pensons que la gravité des attaques que subit le service public d’éducation à travers les réformes du lycée général et technologique, du baccalauréat, du lycée professionnel et Parcoursup, justifie une mobilisation d’ampleur.

Monsieur Blanquer affirme que les enseignant·e·s soutiennent ses réformes. Pourtant, partout en France, plus de 200 collectifs contre les réformes Blanquer sont déjà mobilisés et organisent la lutte contre ces reculs inacceptables, inacceptables pour les usagers du service public d’éducation, inacceptables pour les conditions de travail des fonctionnaires que nous sommes.

Ces réformes vont amplifier les inégalités territoriales dans l’offre éducative, dégrader les conditions de travail des élèves et des enseignant·e·s, sacrifiées sur l’autel des réductions budgétaires. En témoignent les 2650 suppressions de postes programmées pour la rentrée 2019 et les heures supplémentaires qui se multiplient. Nous appelons les enseignant·e·s à nous rejoindre dans la grève reconductible, les parents, les élèves et tous les citoyen·ne·s à nous soutenir. L’éducation est l’affaire de toutes et tous.

Le même jour, une assemblée générale des déléguéEs mandatéEs de 29 lycées et collèges de l’académie de Créteil se tenait à Bobigny avec les organisations syndicales académiques SNES-FSU, SNEP-FSU, SN-FO-LC, CGT EDuc’action, Sud Education.

Dans la semaine suivante, une quinzaine d’établissements avaient rejoint la grève, et au total 44 établissements étaient représentés à l’AG Ile-de-France du 12 février qui s’est tenue dans le local de l’EDMP. Une caisse de grève avait été mise en place, qu’il est toujours nécessaire d’abonder sur le site :

https://www.lepotcommun.fr/pot/tdnghgr1

Un nouvel appel à rejoindre la grève et à multiplier les actions était publié :

Appel de l’Assemblée Générale des établissements en grève d’Île-de-France du 12 février

L’Assemblée Générale des établissements en Grève d’Île-de-France, qui s’est tenue ce mardi 12 février à Paris dans le local de l’EDMP, a réuni 75 personnes en provenance de 44 établissements ou regroupements d’établissements des trois académies franciliennes.

Une grande partie des établissements représentés ont participé à la grève et au rassemblement du matin au ministère appelé par l’intersyndicale de Créteil. Action que l’AG éducation d’Île-de-France avait décidé de rejoindre, en appelant également les établissements des académies de Paris et de Versailles à y prendre part, sur le cahier revendicatif suivant,pour une école plus égalitaire et émancipatrice : pour l’abrogation des réformes du collège, du lycée général et technologique, du lycée professionnel, et du baccalauréat ; pour l’abrogation de la loi ORE et de Parcoursup ; contre la baisse des moyens annoncée dans les écoles primaires, les collèges (en particulier pour les UPE2A) et les lycées ; pour une carte élargie de l’éducation prioritaire allant de la maternelle au Bac ; contre l’imposition d’une deuxième heure supplémentaire obligatoire dans le second degré.

Des revendications supplémentaires ont été proposées : salaires, retrait du projet de loi Blanquer sur “l‘école de la confiance”.Les AG des établissements doivent en discuter afin d’amender la plate-forme lors de l’AG du jeudi 21/02

Répondant à l’appel de l’AG IDF du 8 février et aux communiqués des établissements en grève reconductible appelant à les rejoindre, de nouveaux collèges et lycées étaient représentés ce mardi. Et depuis l’AG précédente, plus d’une quinzaine d’établissements de la région sont entrés en grève reconductible:Balzac, Mitry-Mory (77), Camille Claudel, Pontault-Combault (77), Jean Macé, Vitry-sur-Seine (94), Olympe de Gouges, Noisy-le-Sec (93), Jean Jaurès, Montreuil (93), Jean Renoir, Bondy (93),Evariste Galois, Noisy-le-Grand (93), Utrillo, Stains (93), Paul Valéry, Paris 12e, Victor Duruy, Paris 7e,Cité scolaire Rodin, Paris 13e,Simone Weil, Paris 3e. Rejoints le 11/02 par :Voltaire, Paris 11e, Clémenceau, Villemonble (93). Rejoints le 12/02 par :Maupassant, Colombes (92), Delacroix, Drancy (93).

L’AG ÎDF soutient les établissements qui ont reconduit la grève et appelle à les rejoindre. Pour cela elle appelle à organiser partout des AG d’établissements, des AG de villes comme à Paris, à Montreuil et Bagnolet et Bondy dans le 93 et à Colombes dans le 92, afin d’organiser l’extension du mouvement, notamment par la “grève marchante” de bahuts en grève vers d’autres moins mobilisés.

JPEG - 175.8 ko

L’AG ÎDF appelle

  • à faire du jeudi 21 février un temps fort de grève, avec :

* le matin des actions médiatiques sur Paris. Pour cela, l’AG IDF met en place une commission action ; envoyez vos propositions au lycée Delacroix à Drancy qui coordonne (shakila.za@gmail.com) ;

* à 14h une manifestation devant le ministère ;

* à 16h une Assemblée Générale à la Bourse du Travail de Paris pour organiser la suite du mouvement, et des actions pendant les vacances proposées au niveau national et régional.

  • à une action commune en région parisienne, visible et médiatique, le jeudi 14 février après midi (proposée par l’AG de ville de Colombes contact : david.pijoan@gmail.com)
  • à faire vivre la grève pendant toutes les vacances notamment par le relais des académies en activité pour se retrouver tous et toutes ensemble à la rentrée à la coordination nationale du 17 mars à Paris.
  • à multiplier les actions consistant à ne pas collaborer avec ces réformes : boycott ou désorganisation des examens blancs, des conseils pédagogiques, conseils d’enseignement, CA… en se coordonnant au maximum et en donnant le maximum de cohérence et de visibilité médiatique à ces actions.

Pour la démission collective des fonctions de professeur principal comme dans l’Académie de Toulouse, ou de professeur coordonnateur, l’AG a confié la coordination au lycée Mozart : lycéemozartenlutte@gmail.com

  • à solliciter les associations de parents à tous niveaux pour soutenir les actions des personnels et notamment à appeler à des journées “établissements déserts”.
  • à annoncer, pour les collègues qui le souhaitent, un RDV commun de manif gilets jaunes les samedis.

L’AG IDF considère que pour gagner l’unité la plus large doit prévaloir, personnels, parents, élèves, AG et organisations syndicales, et pour ce faire elle est prête à discuter de ses propositions avec ces dernières.

Pour communiquer entre établissements, proposer des actions collectives : crbpidf@framalistes.org

Pour centraliser les établissements en grève Framacalc (tableur collaboratif en ligne).

LIENS UTILES

La pétition de la coordination nationale : https://www.change.org/p/ministre-de-l-education-nationale-pour-une-%C3%A9cole-plus-%C3%A9galitaire-abrogation-des-r%C3%A9formes-blanquer-et-de-parcoursup

La caisse de lutte : https://www.lepotcommun.fr/pot/tdnghgr1

Le blog du collectif CRBP·Île-de-France : https://collectifcrbpidf.jimdofree.com/

Le groupe facebook “Les enseignants s’organisent contre les réformes Blanquer” : https://www.facebook.com/groups/422548111511799/?epa=SEARCH_BOX

La page facebook de Touche pas ma ZEP : https://www.facebook.com/touchepasmazep

L’AG Île-de-France décidait également un calendrier d’actions pour amplifier la mobilisation et reprendre la lutte dès le retour des vacances :

Calendrier d’actions

- mardi 19 février à partir de 18h : occupation du lycée Cugnot à Neuilly-sur-Marne (55 bd louis Armand ; Contact : Isabelle Petit 06 37 78 91 34 et pour les mails : Claire.villarme@laposte.net) et du collège Travail à Bagnolet (174 rue Sadi Carnot ; Contact Pierre Levannier 06 66 60 78 85).

- mardi 19 février18h30 : Nuit inter-établissement (collèges-lycées) du 94, espace Robespierre, métro Mairie d’Ivry.

- jeudi 21 février14h : manif au ministère, 16h : AG Educ Île-de-France à la Bourse du Travail (Paris 10e).

- mardi 12 mars18h30 : Assemblée Générale du Collectif Education 94, espace Robespierre, métro Mairie d’Ivry

- semaine de la rentrée de mars :Nuit de l’éducation à Fontenay (en préparation...).

- dimanche 17 mars coordination nationale des collectifs contre les réformes Blanquer et parcoursup (lieux et horaires à préciser).


Brèves

10 janvier 2018 - Débat avec Jean-Marc Rouillan

Le samedi 13 janvier à 14h
Jean-Marc Rouillan sera à l’EDMP au 8 Impasse Crozatier Paris 12ème (...)

26 juin 2017 - Mardi 27 juin - Rassemblement et meeting unitaire - 12 h - Paris - Invalides

Pas de code du travail sur ordonnance !
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, (...)