Les positions fondamentales d’Emancipation

lundi 24 juillet 2006
par  A. Naunime

Les positions fondamentalmes d’Emancipation.

Un combat pour un autre monde, dans l’Ecole comme dans la société

Dans le domaine de l’Education, l’Emancipation s’oppose à la ségrégation sociale et à l’orientation sélective dont les premières victimes sont les élèves issus des classes populaires. L’Emancipation qui a toujours été un lieu de confrontation de pratiques pédagogiques novatrices, lie la pratique quotidienne dans les classes (pratiques coopératives, développement de l’esprit critique, remise en cause de certains contenus) au combat pour une autre société.

La lutte contre le chômage et la précarité

Chaque année, des milliers de travailleurs contractuels, vacataires, auxiliaires, stagiaires, sont licenciés par l’Etat employeur et les sous-traitants privés auxquels il fait appel. L’Emancipation dit non aux licenciements et se solidarise avec les luttes de chômeurs et de précaires. La précarité est devenue un mode de gestion des personnels dans le public comme dans le privé. L’Emancipation s’oppose à toutes les mesures (redéploiements, déconcentration, mise en place de l’ARTT …) qui précarisent les personnels en remettant en cause les statuts, aggravent la situation des précaires ou conduisent aux recrutements de nouveaux personnels sans garantie statutaire et d’emploi. Elle se prononce pour l’arrêt immédiat du recours aux emplois précaires et pour la titularisation immédiate, sans condition de concours, ni de nationalité de tous les précaires. Ses militants s’investissent dans des comités de non titulaires. Elle lie ces luttes à la revendication d’une réelle réduction du temps de travail de tous les personnels avec créations d’emplois.

Défense des services publics

L’Emancipation s’oppose à toutes les mesures liées à la marchandisation des services publics et aux politiques de décentralisation qui la mettent en œuvre et développent la flexibilité des personnels en remettant en cause les statuts (redéploiements, déconcentration, poids accru des hiérarchies locales, mise en place d’une ARTT défavorable aux travailleurs…). Parce qu’elle défend l’accès égal pour tous à des droits : droit à l’éducation, à la santé, au logement, aux transports, etc., Emancipation défend les services publics dans leur rôle social de lutte contre les inégalités. Pour l’éducation, elle combat pour le respect des cartes scolaires, rejette les politiques d’homogénéisation sociale des élèves et cherche à développer le secteur de l’éducation populaire.

Défense de la laïcité et de la gratuité

L’Emancipation lutte pour la laïcité et défend le service public laïque et gratuit d’éducation. Elle prône la nationalisation sans indemnité ni rachat de toutes les écoles privées confessionnelles ou patronales. Elle combat les atteintes au principe de laïcité et l’immixtion de la religion dans l’Ecole, que ce soient les aumôneries, le système concordataire d’Alsace Lorraine, ou la récente introduction de « l’enseignement du fait religieux ». Elle s’oppose à la déconcentration de la gestion du service public vers les régions, la mainmise du patronat sur la formation technique et professionnelle et au détournement croissant de ces formations vers l’entreprise (alternance, Lycée des métiers, licences professionnelles …). Elle refuse aussi le développement des formations payantes à l’Université et la marchandisation progressive de divers secteurs de l’Education. Elle s’oppose à la main mise des pouvoirs locaux sur le système éducatif.

Un corps unique de la maternelle à l’université

L’Emancipation revendique un corps unique des travailleurs de l’Education, de la maternelle à l’université. À travail égal, salaire égal et statut égal ! L’Emancipation dénonce le corporatisme, symbole de division, et les ravages qu’il provoque dans le syndicalisme. Elle est contre toutes les formes d’autoritarisme et de hiérarchie. Aux directeurs, chefs d’établissements ou inspecteurs, elle oppose le travail en équipe. Aux disparités salariales et aux augmentations en pourcentage qui ne font qu’accroître les inégalités l’Emancipation oppose des augmentations uniformes.

Défense des libertés individuelles et collectives

L’Emancipation considère que la défense des droits et des libertés individuelles et collectives, et de la dignité humaine font partie intégrante du combat syndical.. Ses militant(e)s animent et soutiennent de nombreux combats contre le racisme, le fascisme, le sexisme et l’homophobie, et toutes les formes de répression, ainsi que pour l’égalité des droits en France comme dans le reste du monde : soutien aux sans papiers, luttes contre la mondialisation libérale, soutien au peuple palestinien etc. L’Emancipation dénonce également les tentatives de remise en cause du droit syndical, du droit de grève ainsi que la répression contre les militants.

Anti cléricalisme et anti-militarisme

L’Emancipation est de toutes les luttes anti-cléricales et anti-militaristes ; elle demande l’abrogation de toutes les mesures et les protocoles engagés dans ce sens avec l’Education (concordat en Alsace-Moselle, aumôneries dans les lycées, enseignement du « fait religieux », accords Lang-Cloupet, protocole Armée-Jeunesse, Défense-Education etc.). Elle dénonce les sommes colossales englouties dans les budgets militaires qui contribuent à la misère des peuples, à la famine et conduisent à la guerre. Elle dénonce également les choix de la politique française de privilégier des investissements militaires ainsi que les industries de l’armement (la France est au 3ème rang mondial des vendeurs d’engins de mort) . Elle s’oppose au nucléaire et aux menaces que les politiques sécuritaires font peser sur les libertés publiques.