Notre librairie (décembre 2018)

dimanche 6 janvier 2019

Comment les lobbies empoisonnent nos vies et la démocratie

JPEG - 286 ko

Stéphane Horel, journaliste indépendante, nous livre ici les résultats de plusieurs années d’enquête sur l’univers méconnu des lobbies. Depuis des décennies, Monsanto, Philip Morris, Exxon, Coca-Cola et des centaines d’autres firmes usent de stratégies pernicieuses afin de continuer à diffuser leurs produits nocifs, parfois mortels, et de bloquer toute réglementation. Leurs responsables mènent ainsi une entreprise de destruction de la connaissance et de l’intelligence collective, instrumentalisant la science, créant des conflits d’intérêts, entretenant le doute, disséminant leur propagande. Ils prennent en toute conscience des décisions qui vont à l’encontre de la santé publique et de la sauvegarde de l’environnement. Leur pouvoir d’influence sur les politiques et sur la démocratie est considérable, c’est ce que démontre cette enquête.

Lobbytomie , Stéphane Horel, éditions La Découverte, octobre 2018, 368 p., 21,50 €.
.
.
.

Une histoire populaire de la France

PNG - 159.9 ko

Ce livre de Gérard Noiriel, historien des milieux ouvriers et de l’immigration, représente la synthèse de quarante années de recherche. L’auteur convaincu que la démarche historique permet de retracer l’origine des problèmes actuels, a privilégié les questions au centre de notre actualité comme les transformations du travail, les migrations, la protection sociale, la crise des partis politiques, le déclin du mouvement ouvrier, la montée des revendications identitaires. Il montre comment les dominants ont fabriqué en partie une certaine identité des classes populaires et comment celles et ceux « d’en bas » ont contribué aux bouleversements majeurs de l’histoire française.

Une histoire populaire de la France, de la guerre de Cent Ans à nos jours , Gérard Noiriel, éditions Agone, septembre 2018, 832 p., 28 €

.
.

Eros et Logos – Éducation et sexualité

JPEG - 26.7 ko

La relation éducation et sexualité pose aujourd’hui des questions socialement vives, enjeux de bataille politique, et cela dans un paysage social étonnant. D’un côté, nombre de pratiques sexuelles se sont banalisées, d’un autre, on assiste à un retour de “l’ordre moral”. Centré essentiellement sur le champ scolaire, ce numéro s’organise autour de trois grandes thématiques : l’éducation à la sexualité : ses différents aspects biologique, affectif, social ; la jouissance d’apprendre : le désir de savoir entre curiosité intellectuelle et curiosité sexuelle ; les questions de genre, la construction du genre dès la maternelle, son influence sur la langue (débat autour de l’écriture inclusive). Ce qui intéresse le GFEN, c’est de recentrer la réflexion sur la question politique, sur sexualité et position de pouvoir. La sexualité, l’amour, sont des pratiques socialement construites. Il s’agit alors d’éduquer à un rapport au monde, émancipateur.

Éros et logos Éducation et sexualité - Dialogue n°170, revue du GFEN Groupe français d’éducation nouvelle, octobre 2018, 52 p., 8 €.

.

Israël

JPEG - 270.9 ko

L’installation à Jérusalem, “définitivement” annexée, de l’ambassade des États-Unis, la féroce répression de la “marche du retour”, la poursuite accélérée de la colonisation, le vote de la Loi fondamentale faisant d’Israël l’État de la nation juive…les signaux d’alarme sont nombreux. Le dernier livre de Michel Warschawski dénonce l’évolution du régime israélien qui constitue non seulement une menace permanente contre les palestinienNEs mais aussi une dangereuse impasse pour le peuple juif-israélien. Déniant toute légitimité à l’État juif colonial qui opprimede plus en plus les PalestinienNEs, l’auteur dit qu’il est temps pour Israël de faire retraite.

Israël chronique d’une catastrophe annoncée… et peut être évitable , Michel Warschawski, éditions Syllepse, novembre 2018, 104 p., 8 €.

.

.
.

Une vie de lutte contre la ségrégation raciale

JPEG - 18.7 ko

Le 1er décembre 1955, en Alabama, un chauffeur de bus, demande à Rosa Parks, de laisser sa place à un homme blanc et d’aller au fond dans la zone réservée aux NoirEs. Ce jour là, cette femme de 42 ans, fatiguée non pas physiquement comme elle le dira elle-même mais moralement de l’oppression qu’elle subit depuis son enfance, refuse de laisser sa place. Ce “Non”, va changer l’histoire. Elle est arrêtée ; un mouvement de boycott des bus avec à sa tête Martin Luther King débute le jour de son procès, il durera 381 jours. Le 13 novembre 1956, la fin de la ségrégation raciale dans les bus municipaux est votée par la Cour suprême : première victoire. Rosa Parks, continuera de lutter, pour la justice sociale, en participant à la marche de Selma à Montgomery en 1965, à la Million Man March en 1995 ou encore en manifestant pour la fin de l’apartheid en Afrique du Sud. Cette autobiographie, met en lumière la force de son engagement tout au long du XXe siècle.

Mon histoire , Rosa Parks, en collaboration avec Jims Haskins, éditions Libertalia, novembre 2018, 200 p., 10 €.