Adresse unitaire aux délégué-e-s du 5e congrès national de la FSU

samedi 10 mars 2007
par  QD, Administrateur

(article téléchargeable en PDF avec le reste de la revue à cet endroit)

ADRESSE UNITAIRE AUX DÉLÉGUÉ-E-S DU 5e CONGRES NATIONAL DE LA FSU

Les tendances "Émancipation", "Ensemble" (SNUipp) et "Pour un Syndicalisme de Lutte" (SNASUB), qui avaient entamé un travail unitaire (voir notre revue numéro 3) en vue du congrès de la FSU, ont distribué un texte commun à l’entrée du congrès national. Nous le publions ci-dessous…

Le 5ème Congrès national de la FSU se déroule dans des conditions particulièrement dramatiques pour l’ensemble des salarié-e-s, sans-emploi, retraité-e-s, immigré-e-s et de la jeunesse.

La FSU à la croisée des chemins ?
Malgré le rejet massif du Traité Constitutionnel Européen (TCE) le 29 mai 2005 et le puissant mouvement social du Printemps 2006 qui a fait reculer le gouvernement sur le Contrat Première Embauche (CPE), ce dernier multiplie les attaques à l’endroit des couches les plus fragiles de la population : poursuite de la réforme sur les régimes de retraites et allongement de la durée du travail, traque des immigré-e-s y compris dans les écoles, diminution de l’allocation chômage faisant des sans-emplois les responsables de leur situation, criminalisation du mouvement social et syndical.

Les personnels de la Fonction Publique ne sont en rien épargnés par ces mesures : dans tous les secteurs c’est la baisse ininterrompue du pouvoir d’achat (20 % en 20 ans), la destruction programmée des statuts, l’asphyxie budgétaire, la généralisation de l’emploi précaire avec l’instauration du CDI public et avec les lois dites "de cohésion sociale", "d’égalité des chances", de "modernisation". Les services publics sont bradés, particulièrement l’Éducation nationale dans ses missions d’égalité et de laïcité...

Ces politiques libérales ont été imposées par tous les gouvernements qui se sont succédés et les favoris à la présidentielle ne manquent pas de surenchérir : "Contrat unique" pour tous sur le modèle du CNE-CPE, largesses fiscales en faveur de l’actionnariat et du patronat, remise en cause du droit de grève, aggravation de la décentralisation, 35 heures dans les établissements... La détermination d’en finir avec tous les acquis des luttes est clairement affichée.

Face à cette offensive, la FSU n’est pas à la hauteur des enjeux !
Alors que les personnels commencent à riposter en organisant des Assemblées générales et la grève reconductible (Ile de France, Marseille...), la direction de la FSU nous occupe avec la création d’une ènième confédération à travers l’extension du champ de syndicalisation, le "dialogue social concerté", l’adhésion à la ConfédérationSyndicale Internationale (CSI) et à la Confédération Européenne des Syndicats (CES) qui a défendu le OUI au TCE !

La FSU devrait plutôt profiter du Congrès national de Marseille pour porter les luttes, apporter un soutien sans faille à nos collègues et camarades Roland Veuillet, en grève de la faim depuis plus d’un mois à Lyon, Florimond Guimard et Erwan Redon à Marseille, tous trois injustement réprimés pour leur activité syndicale ! Elle devrait plutôt lancer une vaste campagne pour la titularisation des précaires ! Les débats de ce congrès devraient plutôt porter sur des décisions d’actions qui soient en mesure de stopper l’agression libérale et sur le respect de l’indépendance syndicale face à la pression électorale.

La FSU peut et doit se ressaisir !
Contre la stratégie de l’exécutif national qui semble paralysé par les échéances électorales, reprenons la main ! Nous, tendances Émancipation, Ensemble et Pour un Syndicalisme de Lutte, sommes à Marseille pour mettre en oeuvre l’union que nous avons déjà réalisée au niveau des FSU 75 et 93, et pour l’élargir à tous les opposants à la passivité de la direction nationale, qui exigent que la FSU se donne enfin les moyens de :
- stopper les attaques contre les statuts des fonctionnaires et tout recrutement de non titulaires, et organiser une campagne pour la titularisation sans condition de tous les précaires déjà embauchés.
- imposer la création de tous les postes indispensables pour des services publics égalitaires ;
- stopper la répression syndicale, en premier lieu contre R. Veuillet, F. Guimard et E. Redon ;
- construire la grève, seule forme d’action susceptible de l’emporter, dans l’unité sans exclusive des syndicats, avec les structures démocratiques mises en place par les AG des personnels en lutte ;
- faire le choix de l’unification syndicale regroupant toutes les sensibilités grâce au droit de tendance plutôt qu’ajouter à la division avec une énième confédération ;
- refuser l’adhésion à la CES et à la CSI.

C’est dans ce contexte de mobilisation et d’unification que la grève interprofessionnelle Fonction Publique du 8 février prendra tout son sens dans le service public d’éducation.

Émancipation, Ensemble,
Pour un Syndicalisme de Lutte


Brèves

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)