À propos de “La Marseillaise de la paix”

Dossier
vendredi 23 novembre 2018

Le chant dont il est question dans l’article "Les mémoires de la guerre" a été rédigé dans le cadre de l’école publique de Cempuis sous la direction de Paul Robin, pédagogue révolutionnaire qui a marqué la réflexion du mouvement ouvrier sur l’école. Bien entendu, la hiérarchie et le gouvernement ont marqué leur hostilité à la diffusion d’une telle chanson dans les écoles publiques !

De l’universelle patrie

Puisse venir le jour rêvé

De la paix, de la paix chérie

Le rameau sauveur est levé (bis)

On entendra vers les frontières

Les peuples se tendant les bras

Crier : il n’est plus de soldats !

Soyons unis, nous sommes frères.

Refrain

Plus d’armes, citoyens !

Rompez vos bataillons !

Chantez, chantons,

Et que la paix

Féconde nos sillons !

Quoi ! D’éternelles représailles

Tiendraient en suspens notre sort !

Quoi, toujours d’horribles batailles

Le pillage, le feu, et la mort (bis)

C’est trop de siècles de souffrances

De haine et de sang répandu !

Humains, quand nous l’aurons voulu

Sonnera notre délivrance !

Refrain

Plus de fusils, plus de cartouches,

Engins maudits et destructeurs !

Plus de cris, plus de chants farouches

Outrageants et provocateurs (bis)

Pour les penseurs, quelle victoire !

De montrer à l’humanité,

De la guerre l’atrocité

Sous l’éclat d’une fausse gloire.

Refrain

Debout, pacifiques cohortes !

Hommes des champs et des cités !

Avec transport ouvrez vos portes

Aux trésors, fruits des libertés (bis)

Que le fer déchire la terre

Et pour ce combat tout d’amour,

En nobles outils de labour

Reforgeons les armes de guerre.

Refrain

En traits de feu par vous lancée

Artistes, poètes, savants

Répandez partout la pensée,

L’avenir vous voit triomphants (bis)

Allez, brisez le vieux servage,

Inspirez-nous l’effort vainqueur

Pour la conquête du bonheur

Ce sont les lauriers de notre âge.