Un mois dans le monde

lundi 29 octobre 2018

Suède

Pendant des décennies, ce pays a été le phare de la social-démocratie. Une partie des profits de quelques très grandes entreprises était redistribuée dans la protection sociale et les travailleur·euse·s avaient acquis de nombreuses garanties.

La vague libérale, les privatisations et la mondialisation ont tout emporté. Droite et “gauche” ont alterné au pouvoir avec la même frénésie de déréglementation.

Résultat : une montée de l’individualisme et de la xénophobie. Un parti dit “démocrate”, mais en fait issu de la mouvance néo-nazie, a été donné un moment à 25 % des voix dans un sondage. Tout le monde semble soulagé qu’il ne soit qu’à 17,5 %. Mais les deux blocs “de gauche” et de droite qui candidatent au pouvoir (le pays semble ingouvernable) sont déjà prêts à appliquer une partie de son programme : l’arrêt de l’immigration.

Rétention

Depuis son élection en 2013, le pape François faisait des efforts terribles et méritoires pour ne pas déraper. Et puis le naturel a repris le dessus : alors que l’Organisation Mondiale de la Santé a retiré l’homosexualité des maladies psychiques et psychiatriques en 1990, François nous ramène des décennies en arrière. Il reprend à la lettre l’article 2357 du catéchisme : “les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés”. La bonté papale ne propose plus de punir les homosexuel·le·s mais de les soigner : merci, Saint Père !

Au même moment, le Sénat argentin (François est argentin) refusait la légalisation de l’avortement. Sûrement une coïncidence.

Myanmar

Une légende tenace a longtemps opposé les méchants militaires birmans et la gentille Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix (comme Kissinger et Begin) pour son opposition à la junte et encensée par les “démocraties” occidentales.

Il semble bien que, dès qu’on parle des Rohingyas, plus rien ne les oppose. Au pouvoir depuis 2016, cette ex-icône de l’Occident justifie tous les crimes commis contre les Rohingyas (des milliers de mort·e·s et un nettoyage ethnique qui a provoqué l’exode de centaines de milliers de réfugié·e·s vers le Bangladesh voisin) ou fait dans le négationnisme : Elle évoque la “désinformation créée pour générer des problèmes entre les différentes communautés et promouvoir les intérêts des terroristes” et elle critique les “fausses nouvelles et photographies”. Encore une fois, le pouvoir corrompt.

Chemnitz

Celles et ceux qui, dans les communautés juives européennes soutiennent Néta- nyahou et acceptent sans broncher son flirt poussé avec l’extrême droite européenne, n’ont pas lu le pasteur Niemöller  :

Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.”

Tout ceci pour dire que, fort logiquement, en marge d’une manifestation anti-migrant·e·s d’apprenti·e·s néonazis à Chemnitz (ville de l’Est de l’Allemagne qui s’appelait autrefois Karl-Marx-Stadt), un restaurant cacher a été attaqué. Les autorités locales ont indiqué qu’un acte à motivation antisémite était “le plus plausible”. Quelle perspicacité.

Israël

Dès 1948, les dirigeants israéliens ont cherché à briser l’unité des Palestinien·ne·s et à trouver des forces alliées. Cela n’a pas marché avec la minorité chrétienne, mais ça a marché un temps avec les minorités druze et bédouine. L’outil utilisé a été de leur permettre de faire l’armée et même de les promouvoir Avec la nouvelle loi “Israël, État-Nation du peuple juif”, les ancien·ne·s allié·e·s sont devenu·e·s encombrant·e·s.

En réalité, les Bédouin·ne·s ont été spolié·e·s et enfermé·e·s dans des réserves, dès la création de l’État d’Israël. Il y a aujourd’hui dans le nord du désert du Néguev des dizaines de villages bédouins “non reconnus”, c’est-à-dire sans route, sans eau, sans électricité, sans école, mais surtout régulièrement attaqués et détruits. Le projet israélien est toujours de parquer les populations bédouines (qui ont pourtant la nationalité israélienne) pour construire de nouvelles villes juives.

Le nettoyage ethnique s’en prend à présent aux populations bédouines de la Vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée. Dans cette zone C, promise à l’annexion par le gouvernement Nétanyahou, les colonies volent l’eau et la terre. La bataille emblématique se joue autour du village bédouin de Khan-al-Ahmar. Le gouvernement israélien veut détruire ce village et ainsi définitivement couper le sud de la Cisjordanie (Bethléem, Hébron) du centre (Ramallah). Pour une fois, l’Union Européenne a mis en garde Nétanyahou. Peine perdue puisque cette mise en garde n’est accompagnée d’aucune sanction.

Et dans le genre : “pourquoi me gêner puisqu’on me laisse faire ?”, Nétanyahou vient d’interdire à une délégation du Parlement européen l’entrée à Gaza.

Quizz

Dans quel journal pouvait-on lire le 27 août dernier : “Entre nous, qui pense vraiment que ces migrants sauvages franchissant les frontières (Ceuta, Espagne) vont devenir des bons Européens ?

Qui pense vraiment que ces peuples vont « s’intégrer », travailler et s’adapter à nos mœurs et à notre civilisation ?

Qui pense vraiment qu’ils feront de bons voisins, de bons citoyens, de bons maris, de bons travailleurs ?

Qui pense vraiment que ces sauvages qui se sont déjà rendus coupables d’actes de barbarie, de prises d’assaut, de franchissement illégal de frontières et qui sont prêts à tout, même à tuer, vont se transformer en agneaux et respecter les lois et les droits ?”

Alors ? Minute  ? Valeurs Actuelles  ? Rivarol  ? Présent  ? Perdu ! Il s’agit de Tribune Juive , magazine qui se présente comme “la véritable institution de la communauté juive française” !

Et qui a dit qu’il “serait heureux de massacrer des millions de drogués comme Hitler a exterminé les Juifs” (30 septembre 2016) ? C’est connu : il s’agit du président philippin Rodrigo Duterte. Il vient de faire une visite de quatre jours en Israël (pour acheter les armes les plus perfectionnées) et a naturellement visité Yad Vashem, le mémorial de la Shoah.

En se vautrant de manière décomplexée dans le racisme le plus odieux, les dirigeants des communautés juives organisées et ceux d’Israël profanent l’histoire, la mémoire et les identités juives.

Pierre Stambul


Brèves

8 décembre 2017 - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet 2017 - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février 2017 - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)