Palestine : retrouver une boussole

mercredi 24 octobre 2018

Notre camarade Pierre Stambul, vient de faire paraître "La Nakba ne sera jamais légitime". Un ouvrage pleinement d’actualité.

Ce livre n’est pas écrit pour plaire” nous dit la quatrième de couverture…

Qu’il ne plaise pas aux sionistes, il suffit de connaître l’auteur pour ne pas en être étonné·e ! Il ne plaira pas non plus aux nostalgiques de l’illusion des accords d’Oslo, la première partie de ce livre nous montre comment ces accords ont préparé l’organisation de l’apartheid. Et il ne plaira pas davantage à celles et ceux qui pensent que face aux atrocités découlant de la politique colonialiste israélienne, seule la vengeance serait une issue.

Alors à qui s’adresse donc ce livre ? À toutes celles et ceux qui se sentent concerné·e·s par les situations de non-droits, d’injustice, d’humiliations constantes, que subit le peuple palestinien depuis soixante-dix ans. À celles et ceux qui ont besoin de repères historiques, géographiques précis.

À toutes celles et ceux qui veulent “agir” de là ou elles/ils sont en soutenant le BDS (le mouvement de Boycott, Désinvestissement, Sanctions) et en aidant à son amplification. Enfin, à celles et ceux qui sentent intimement que notre humanité ne pourra perdurer qu’en allant vers plus de solidarité, et qu’en ce qui concerne plus particulièrement la question israélo-palestinienne, la seule alternative est “le vivre ensemble” dans l’égalité des droits. Ce livre va donc trouver un large public.

Démystifier les accords d’Oslo

Le processus d’Oslo, de septembre1993, était sensé être un point de départ vers une paix juste. S’appuyant sur une solide documentation, Pierre montre comment tous les partis politiques israéliens au pouvoir, de droite comme de gauche, ont exploité ces accords pour empêcher une solution à deux États, accentuant ainsi l’apartheid. Le bilan c’est la fragmentation du territoire, l’enfermement de deux millions de personnes “en cage” dans la bande de Gaza, une économie exsangue, une Autorité palestinienne, plus du tout représentative de sa population. Et côté communauté internationale, un soutien indéfectible à l’État d’Israël (État membre de l’ONU depuis 1949) malgré le non respect permanent de ses engagements.

Roman national et mythes fondateurs

C’est le mouvement sioniste profitant du traumatisme du génocide perpétré par les nazis, qui a mis en place ce discours selon lequel, “le peuple juif aurait été autrefois à la tête d’un grand royaume, dont il a été injustement chassé il y a 2000 ans ; comme tous les autres peuples, il a droit à un état et c’est le sionisme qui leur garantit le droit d’y retourner”. Les études historiques, archéologiques sont en contradiction totale avec ce roman national, les sionistes ont instrumentalisé la bible hébraïque pour servir leur projet de conquêtes coloniales.

L’antisémitisme confisqué

Depuis le XVIIe siècle en Europe de l’Est, et bien avant en Espagne et ailleurs, l’antisémitisme a provoqué des actes inacceptables, le plus effroyable étant l’extermination pendant la seconde guerre mondiale. La France, elle aussi a connu et connaît encore son lot d’antisémites et de négationnistes. Mais de quel droit, le fait d’avoir été victime de tant d’atrocités, donnerait-il le droit de faire subir à d’autres, l’expulsion, le déni de droits, la discrimination ? Rien ne peut justifier la récupération de tous les actes antisémites par les sionistes, sinon la volonté de désigner un bouc émissaire commun, l’Arabe.

Le BDS, un levier puissant

Actuellement l’État d’Israël est dans la toute puissance. Seul le mouvement du BDS, (Boycott, désinvestissement, Sanctions) qui a remporté certains succès peut lui nuire. C’est pour cela que l’État israélien tente auprès de ses amis européens, de faire criminaliser le mouvement (la circulaire Alliot Marie en France). Pour le mouvement de soutien à la Palestine, l’heure devrait être au rassemblement pour se retrouver en force sur des manifestations communes.

Seule, les sociétés civiles en exerçant une pression suffisamment forte sur leurs gouvernements respectifs peuvent faire cesser la propagande d’Israël, mettre fin à son impunité et amener des sanctions qui l’obligeraient à un changement de politique.

Vivre ensemble dans l’égalité des droits

À plusieurs reprises il est question de l’apartheid en Afrique du Sud et des parallèles qu’on peut faire avec la situation actuelle en Israël-Palestine. Une seule issue par le haut permettrait d’envisager la fin de ce conflit meurtrier : poser des actes comme le retour possible des réfugié·e·s palestinien·ne·s, reconnaître le crime fondateur par l’état d’Israël car la Nakba ne sera jamais légitime.

Joëlle Lavoute

  • La Nakba ne sera jamais légitime , Pierre Stambul, éditions Acratie, mai 2018, 180 p., 14 €.

À commander à l’EDMP (8 impasse Crozatier, Paris 12 e, 01 44 68 04 18, didier.mainchin@gmail.com)


Brèves

8 décembre 2017 - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet 2017 - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février 2017 - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)