Notre librairie (mai 2018)

jeudi 31 mai 2018

La France des Belhoumi

JPEG - 406.8 ko

Le sociologue Stéphane Beaud, retrace le destin des huit enfants (cinq filles et trois garçons) d’une famille algérienne installée en France dans une petite ville de province depuis 1977. En suivant leurs différents parcours scolaires, professionnels, matrimoniaux et résidentiels, se dégage une trajectoire d’ascension sociale (accès aux classes moyennes). Le rôle de l’école, le poids du genre (importance des sœurs ainées qui redistribuent les ressources accumulées au profit des frères cadets sur le plan scolaire ou d’accès à l’emploi) apparaissent clairement au fil de ces histoires de vie. On y découvre différents processus d’intégration en train de se faire mais aussi les difficultés rencontrées pour conquérir sa place en France en particulier depuis les attentats de 2015 qui ont compliqué la situation pour les descendantEs de l’immigration algérienne.

La France des Belhoumi, portraits de famille (1977-2017 ), Stéphane Beaud, éditions La Découverte, mars 2018, 352 p., 21 €.

Sur l’enseignement de l’histoire

JPEG - 39.4 ko

Laurence de Cock, auteure de La fabrique scolaire de l’histoire, adresse ce livre entre autres à celles et ceux qui recherchent une autre manière de penser l’histoire à l’école. Considérant que l’histoire est une matière vivante, elle donne la parole aux praticienNEs depuis le XIXe siècle, pour éclairer sa fabrication, ses transformations et ses modes de transmission et d’appropriation. Elle revient sur des tensions et débats récurrents à propos de cette discipline tiraillée dans ses finalités et donne à voir différentes expériences d’une pratique de l’histoire scolaire dans le premier et second degré.

Sur l’enseignement de l’histoire, Débats, programmes et pratiques de la fin du XIXe siècle à nos jours , Laurence de Cock, éditions Libertalia, mars 2018, 336 p.,17 €.

Mémoires d’un rouge

Il s’agit des mémoires de l’écrivain américain Howard Fast (1914-2003). Issu d’une famille pauvre d’origine ukrainienne iI adhère au parti communiste après la seconde guerre et le quitte dès 1956 après la dénonciation des crimes de Staline. Ces convictions politiques lui vaudront d’être victime du maccarthysme. Il est l’auteur de plus de 80 titres dont des polars qu’il a écrits sous le pseudonyme de E.V. Cunningham. À travers son parcours personnel, il évoque une période tourmentée de l’histoire américaine.

Mémoires d’un rouge , Howard Fast, traduction Émilie Chaix, éditions Agone, collection Éléments, avril 2018, 600 p., 13 €.

Non-violence dans la révolution syrienne

JPEG - 1.5 Mo

Ce recueil de textes publiés initialement en arabe ou en anglais sur Internet, traduits pour la première fois en français, met en lumière la volonté pacifique de la révolution syrienne acculée à la guerre par le régime d’Hassad. Il témoigne du rôle frès important des femmes (femmes libres de Darayya et femmes de Mazaya).Il souligne le rôle majeur d’Omar Aziz, mort le 17 février 2013 dans la prison centrale d’Adra. Cet intellectuel a beaucoup œuvré pour l’auto-organisation et la mise en place des conseils locaux.

Non-violence dans la révolution syrienne , collectif, coédition Les Éditions libertaires et les éditions Silence, février 2018, 116 p., 9 €.

D’Alger à mai 68

JPEG - 57.5 ko

C’est le récit du cheminement de François Cerutti, qui d’un “pied noir” fera de lui un “pied rouge”. Né à Alger en 1941, il part au Maroc pour ne pas faire son service militaire. Revenu à Alger après l’indépendance, il milite avec un petit groupe de la IVe Internationale pour le renforcement de l’autogestion. Après le coup d’État de Boumédiène, il arrive à Paris où il se retrouve aux premières loges pendant le mouvement de mai 68. Dans cette nouvelle édition, il décrit son activité au sein du Comité interentreprises dans la perspective de l’extension des grèves avec occupation active. Avant-propos de Mohammed Harbi.

D’Alger à mai 68, Mes années de révolution , François Cerutti, éditions Spartacus, mars 2018, 190 p., 13 €.