UniEs contre l’extrême droite !

jeudi 24 mai 2018

La lutte contre l’extrême droite et ses idées est plus que jamais une nécessité. c’est ce qu’a voulu réaffirmer le Congrès de la Fédération des syndicats SUD éducation, qui s’est tenu à Boulogne du 26 au 30 mars, en votant cette motion d’actualité.

Les groupuscules d’extrême droite se restructurent en France dans un nouveau cadre : le Bastion Social.

Ce Bastion Social regroupe des membres du Groupe Union Défense (G.U.D) suite à sa dissolution et des militantES de divers groupuscules fascistes notamment l’Action Française. Les membres de ce réseau d’extrême droite partagent les mêmes idées racistes, sexistes, xénophobes, anti-LGBTQI et viennent de diverses mouvances : catholiques intégristes, royalistes, nationalistes, néo-naziEs... Des éluEs ont également apporté leur soutien au Bastion Social, notamment Stéphane Ravier, maire des 13e et 14e arrondissements de Marseille.

Les militantEs du Bastion social sont en train de s’implanter partout en France. On voit depuis plusieurs mois des bars du Bastion Social ouvrir : squat (fermé rapidement) puis local associatif en janvier à Lyon, bar à Strasbourg, bar et local associatif à Chambéry et Aix-en-Provence en février, à Marseille en mars. À Angers, un bar associatif d’extrême droite, l’Alvarium, reprend la même stratégie sans adhérer au Bastion Social, “prétendument pas assez catholique”.

Ces implantations sont accompagnées par une occupation de l’espace public et médiatique avec des manifestations et des rassemblements, avec le slogan nauséabond de “préférence nationale”.

Sa stratégie est calquée sur celle des fascistes italienNEs de CasaPound : s’implanter localement, en ouvrant des lieux qui se disent populaires, à vocation sociale et solidaire. Ils et elles organisent ainsi des collectes d’aliments sur le modèle de la banque alimentaire devant les magasins et médiatisent ces actions. Ces collectes ne s’adresseraient en réalité qu’aux SDF blancHEs et de nationalité française.

Comme depuis toujours, l’extrême droite se fout des gens qui vivent dans la misère. Ils et elles instrumentalisent ainsi la pauvreté, en montant les pauvres les unEs contre les autres. Ce sont surtout des lieux permettant de s’implanter dans le territoire et d’attirer tout particulièrement des jeunes avec des salles de sport, concerts, etc.

Dans ces espaces sont également préparées des agressions de militantEs anti-fascistes. Les groupuscules d’extrême droite récidivent régulièrement en ce sens comme le montre l’attaque dans l’université de Montpellier contre les étudiantEs opposéEs à Parcoursup, ainsi qu’à Chambéry avec l’attaque d’un bar de la ville fréquenté par des sympathisantEs du mouvement social. À Paris, c’est le lycée autogéré de Paris (LAP), le 16 mars, qui a été victime d’une attaque menée par une dizaine d’individuEs se réclamant du GUD, pour certainEs arméEs de barres de fer. Ils et elles ont effectué des saluts nazis, proféré des insultes homophobes et agressé des élèves.

C’est pourquoi différents rassemblements se sont déroulés à l’appel de syndicats, d’associations, de partis pour dénoncer ces violences d’extrême droite et l’ouverture de ces “Bastion social”.

À Marseille, le 25 mars 2018, 600 personnes manifestent entre les Réformés et le Vieux port. Ce jour là, le préfet pose un interdit sur les abords du Bastion, la police ferme la rue Fort-Notre-Dame : fouille au corps, fouille des sacs à l’entrée, présentation des papiers d’identité pour pénétrer dans la rue. La circulation routière est détournée et la rue est bloquée par les camions de police qui cachent intentionnellement la vue de ce qui s’y passe. La police explique ainsi la privatisation de la rue : “la rue est bloquée afin d’empêcher tout contact entre le rassemblement d’extrême droite et la manifestation organisée par l’extrême gauche, ils et elles profitent de la fermeture de la rue pour l’occuper”.L’occupation fasciste de la voie publique débute ainsi à 17h et se poursuit tard dans la nuit. À Angers, le 24 février, plus de 600 personnes manifestent dans les rues contre l’Alvarium. Là-bas aussi la police protège les fascistes et leur permet d’organiser en toute tranquillité leurs activités.

Quelles stratégies adopter face à ces groupuscules d’extrême droite qui attirent des jeunes hommes et femmes et qui bénéficient de la complicité des autorités et de la police ?

Aujourd’hui, il existe une méconnaissance générale des différents groupuscules d’extrême droite, dans la population, voire chez nos propres militantEs de Sud éducation et de Solidaires, et cela malgré l’important travail réalisé notamment par VISA. [Ndlr voir http://www.visa-isa.org/]

Sud éducation appelle à organiser des ateliers, conférences, stages de formations, HIS, RIS auprès des collègues, des camarades et de la population pour expliquer ce qu’est le Bastion Social : un groupe néo-fasciste qui multiplie les agressions physiques et verbales et aux idées racistes, xénophobes, sexistes, homophobes, et anti-syndicales.

Il y a aussi urgence à renforcer et structurer des collectifs antifascistes unitaires partout où cela est possible et à participer à une expression collective au niveau national.

Aujourd’hui de plus en plus de territoires sont touchés !

À nous de combattre les idées et les valeurs du Bastion Social en nous mobilisant dans l’unité la plus large possible.

Fédération SUD éducation


Brèves

10 janvier - Débat avec Jean-Marc Rouillan

Le samedi 13 janvier à 14h
Jean-Marc Rouillan sera à l’EDMP au 8 Impasse Crozatier Paris 12ème (...)

26 juin 2017 - Mardi 27 juin - Rassemblement et meeting unitaire - 12 h - Paris - Invalides

Pas de code du travail sur ordonnance !
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, (...)