Notre librairie (avril 2018)

lundi 30 avril 2018

Filles de mai

JPEG - 210.1 ko

Mai 68 est à l’origine de milliers d’expériences bien sûr collectives mais aussi très intimes. Ce livre, fruit du travail d’un collectif de femmes, rassemble certaines de ces expériences au travers de textes qui ne prétendent pas être exhaustifs ou représentatifs. Il s’agit d’écritures de femmes qui s’expriment avec sincérité sur ces moments où tout semblait possible. L’ouvrage se présente sous la forme d’un abécédaire avec 68 entrées, d’“Adolescence” à “Vérité”. Dans sa préface, l’historienne et militante féministe Michelle Perrot, qualifie ces textes de “sillons féconds”, tracés par celles qui supportaient alors une culture de soumission à l’autorité masculine. Ludivine Bantigny, auteure de plusieurs livres sur les évènements de 68 souligne pour sa part dans la postface, la force qui se dégage de ces témoignages du passé qui donnent de l’espoir pour le présent.

Filles de mai, Mon mai à moi, Mémoires de femmes , collectif, éditions Le Bord de l’eau, janvier 2018, 180 p., 15 €.

Entre accueil et rejet

La collection “Bibliothèque des frontières” au travers de connaissances sociologiques actuelles donne à voir la violence des frontières contemporaines et cherche à réinventer des politiques d’hospitalité. Cet ouvrage permet de mieux comprendre la diversité et la complexité des formes de l’accueil des migrantEs sur notre continent. Dans un contexte de repli identitaire qui se traduit par la fermeture des frontières et les expulsions, il montre que la ville peut constituer un pôle de résistance et de contournement, voire de renversement des décisions de l’État central. Il est constitué d’enquêtes menées dans plusieurs grandes villes européennes (Paris, Copenhague, Berlin, Barcelone, Istanbul…), et de témoignages de migrantEs, de militantEs, d’observateur/trices directEs.

Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants , Michel Agier et Babels, éditions Le passager clandestin, collection Bibliothèque des frontières, janvier 2018, 120 p., 10 €.

.

L’immigration algérienne en France

JPEG - 282.5 ko

Les relations entre la France et l’Algérie sont souvent considérées comme “passionnelles” en raison, notamment, du poids des années de guerre (1954-1962). Aujourd’hui encore, les AlgérienNEs forment le principal groupe d’étrangerEs installé en France alors même que des générations de descendantEs d’immigréEs ont acquis la nationalité française. Le droit de la nationalité, les politiques d’immigration, les imaginaires, mais aussi les sociabilités populaires ont largement été marqués par cette présence. En laissant toute sa place à une histoire sociale ouverte à la diversité des pratiques (religieuses, culturelles, professionnelles...) et des trajectoires, l’auteur restitue la diversité d’une immigration souvent réduite à quelques stéréotypes ou à sa seule histoire politique.

Histoire de l’immigration algérienne en France (1900-1990), Emmanuel Blanchard, éditions La Découverte, collection Repères, mars 2018, 128 p.,10 €.

.

Le boycott, moyen de lutte multiforme

JPEG - 1.3 Mo

Mise à l’index, embargo, quarantaine… autant de formes prises par le boycott au fil de l’Histoire. C’est ce que nous rappelle en plus de l’origine du mot, le début de ce livre. Un court chapitre est consacré au boycott de l’Afrique du Sud, le sujet principal étant le BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) contre Israël. La question de “la légalité du boycott” en France est abordée : la pratique n’étant pas formellement interdite par la loi mais l’appel au boycott pouvant tomber sous ses coups sous certaines conditions. Le livre se termine par 12 points (en écho aux 12 ans de boycott passés) qui montrent bien l’impact grandissant de ce mouvement international. Un petit livre (par la taille), important pour réfléchir à notre posture et à notre pouvoir (ou contre-pouvoir), en tant que consommateur/trice, individuellement et aussi collectivement car c’est de l’articulation entre les deux que dépend le succès de l’action de boycott.

Le boycott, moyen de lutte multiforme - De Lysistrata au BDS , André Bernard, Les Éditions libertaires, collection Désobéissances libertaires, février 2018, 75 p., 8 €.


_