Communiqué de syndicalistes turcs en exil

jeudi 26 avril 2018

En février, de nombreux syndicalistes réfugiés en Allemagne, membres, pour beaucoup d’entre eux et elles de “Egitim Sen”, syndicat des enseignants, rappelaient ce qu’était Afrin et sa région.

Jusqu’à l’offensive turque du 20 janvier, Afrin était l’une des seules régions de Syrie que la guerre n’avait pas encore détruite. Pendant les cinq dernières années, des milliers de personnes y avaient trouvé refuge, fuyant les crimes des différents groupes jihadistes. Le nombre d’habitant.es avait été multiplié par trois, la ville avait reçu peu d’aide de l’extérieur, mais l’administration communale autonome mise en place avait permis une coexistence pacifique de tous et toutes.

Durant ces dernières années, le régime du président Erdogan s’est ransformé à vue d’oeil en un régime autocratique ; Non seulement les Kurdes, qui sont l’objet d’attaques brutales, mais aussi d’autres minorités ainsi que les ouvrier.es et les intellectuel.les qui s’engagent pour la paix sont l’objet de la répression.

Afin d’assurer son pouvoir, Erdogan et ses forces armées attaquent ce dernier lieu de coexistence pacifique qu’est Afrin et le transforment en un enfer.

C’est une attaque contre les populations de la région et contre tous les efforts de paix.

Les populations de cette région, surtout les Kurdes, ont mené un combat décisif contre DAECH, sa brutalité et son obscurantisme. Les combats de Kobane et Rakka ne sont que deux exemples de cette résistance. Des milliers de jeunes gens y ont laissé la vie, d’autres risquent à nouveau quotidiennement leur vie. La résistance des femmes est paticulièrement remarquable et est, dans le monde entier, source d’espoir.

Nous, syndicalistes des services publics, contraints de vivre en exil pour nous être prononcés, en Turquie, en faveur de l’égalité, de la justice et de la liberté, appelons tous les syndicats et toutes les forces démocratiques d’Europe à apporter leur soutien à Afrin et à attirer l’attention sur sa courageuse résistance. Une responsabilité particulière incombe aux pays européens qui exportent des armes en Turquie.

Élever sa voix pour Afrin est un devoir humain.

Transmis par Françoise Hoenle


Brèves

8 décembre 2017 - Réunion publique - jeudi 14 décembre à 19h - Après les récentes défaites de Daesh, où va la Syrie ?

Réunion publique avec :
Joseph Daher, militant syrien originaire d’Alep
Sakher Achawi, (...)

7 juillet 2017 - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février 2017 - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)