CSI : on en débat aussi sur d’autres sites...

samedi 10 mars 2007

Le débat sur l’affiliation de la FSU à la Confédération Syndicale Internationale est lancé, il doit réellement avoir lieu !
Des éléments sur ces questions (en lien avec celle de la Confédération Européenne des Syndicats, ce qui est logique) sont disponibles sur le blog commun de nos camarades d’ "Ensemble" (tendance du SNUipp) et de "Pour un Syndicalisme de Lutte" (tendance du SNASUB). Nous avons travaillé en commun avec ces camarades durant le congrès de la FSU, et avons un point de vue similaire sur le refus de l’adhésion de la FSU à la CSI et à la CES :
http://syndicalisme.wordpress.com/2007/02/03/congres-fsu-ni-ces-ni-csi/
Le débat a aussi commencé à se mener sur le site d’ "Unité et Action" du SNES, avec notamment deux contributions :
- celle de Gérard Réquigny (SNES Créteil) ici

- et celle de Jean-Jacques Le Masson (FSU 64), qui se trouve


Commentaires  (fermé)

Logo de makarenko
jeudi 30 août 2007 à 09h11 - par  makarenko

J’ai trouvé cela sur internet :
début de citation :

Au sujet du ralliement de la CGT à la CSI (ex-CISL et ex-CMT)
Interventions dans les réunions de la CGT à Marseille
samedi 7 octobre 2006

Ce qui caractérise la période actuelle est l’agressivité impérialiste croissante du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique du Nord, de l’Otan et de ses alliés.

Dans le même temps, la pauvreté et l’exploitation augmentent chaque jour pour la classe ouvrière mondiale, ainsi que les bénéfices des multinationales et des monopoles.

Nous avons besoin d’un mouvement syndical indépendant de l’Impérialisme.

Le syndicalisme d’accompagnement, de la négociation sans luttes a échoué. C’est l’échec assuré pour les travailleurs, pour leurs droits. L’ennemi de classe, c’est bien le Capital, le capitalisme qui veut reprendre ce qu’il a concédé au 20ième siècle.

La division du syndicalisme national et international est l’œuvre du capital. Nous savons aussi ce que sont la C.I.S.L et la C.M.T : ce sont des syndicats de collaboration de classe. Ces 2 organisations fusionnent pour regrouper les forces du syndicalisme de collaboration de classe. L’héritage de la C.I.S.L et la C.M.T est tellement mauvais, que la direction de la CGT a demande que cette référence disparaisse des statuts de la nouvelle organisation (C.S.I). Un syndicalisme de collaboration de classe : c’est cela que nous allons rejoindre et il faut nous y opposer.

La nouvelle organisation syndicale internationale (C.S.I) sera piloté par l’A.F.L-C.I.O syndicat étasunien qui n’ a rien fait pour la classe ouvrière américaine. On nous fait rejoindre l’alliance de l’impérialisme américain et du Vatican.

Nos dirigeants nous ont fait quitter la F.S.M. (Fédération Syndicale Mondiale) pour rejoindre la CES et changer l’orientation de la CGT au congrès de Strasbourg.

Les conditions qui furent alors imposées à la CGT, pour obtenir le soutient de la CFDT à son affiliation à la CES, n’ont pas été étrangères à cette évolution préjudiciable, d’ autant que jamais les syndicats n’en furent informés.

Le bilan du syndicalisme national et international reste a faire. Pourquoi créer une nouvelle organisation syndicale internationale puisqu’ une organisation existe, et sur la position de la lutte des classes et de masse, c’est la FSM, et son congrès du 1er au 4 décembre 2005 le prouve.

La FSM a été écartée ainsi que ses affiliés du débat. Mais elle représente aujourd’hui 248 organisations, 72 pays avec 534 représentants au congrès de La Havane (Cuba). Son hymne est l’Internationale, le chant de tous les travailleurs du monde, composé en 1871 par les français Eugene Pottier (paroles) et Pierre Degeyter (musique). Cet hymne représente les idéaux suprêmes de la classe travailleuse et sert à revitaliser son esprit de lutte.

Le syndicalisme ne gagnera rien en négociant avec le Capital.

Fondée en octobre 1945, la FSM travaille pour continuer à maintenir haut le drapeau de la lutte pour l’unité syndicale, basée sur les principes de solidarité de classe, la lutte idéologique et politique contre la domination du capitalisme, du néoliberalisme, pour le renforcement de la pensée progressiste dans le mouvement syndical.

Elle demande une fois de plus à tous les travailleurs du monde d’unir leurs forces et leur volonté pour lutter pour la transformation de la societe, contre le nouvel ordre mondial basé sur l’exclusion, contre les guerres préventives et pour la construction nécessaire et possible d’un autre monde meilleur pour les travailleurs, ceux qui n’ont que leur force de travail à offrir.

Je tiens à dire et répéter que les dirigeants qui s’étaient enthousiasmés avec la chute des régimes socialistes à l’est, croyant naïvement en la paix éternelle, la liberté, et la prospérité avec la fin du communisme nous ont fait déchanter et ils devraient déchanter. Ces dirigeants nous entraînent aujourd’hui dans la voie funeste de la collaboration de classe et disons le tout net de la trahison des intérêts de la Classe ouvrière : Ne nous font-ils pas perdre tous nos acquis obtenus après de grandes luttes ?

La FSM ne représente que l’état réel du mouvement ouvrier mondial et, en adhérant à la CSI, la CGT renforce le clan de la collaboration de classe.

Certains dirigeants ont à y gagner des places, d’autres à perdre la leur car ces dirigeants s’illusionnent : ils seront noyés et pilotés par la CFDT.

Nous, les travailleurs, nous avons tout à y perdre : nos acquis et notre capacité à nous défendre !"

NOUS DEVONS REFUSER L’ADHÉSION À LA CSI ET EXIGER DE NOS DIRIGEANTS QU’ILS NOUS FASSE ADHÉRER À LA FSM !

Comme je l’ai fait moi-même avec un petit groupe de camarades !

fin de citation

Logo de Stéphane
dimanche 11 mars 2007 à 00h08 - par  Stéphane

Chers camarades,
Juste une petite précision qui pourrait passer pour du pinaillage mais qui a son importance : Ensemble n’est pas (ou en tout cas n’est pas vraiment) et ne s’est jamais reconnu comme une "tendance", mais comme un courant d’orientation syndicale, outil pratique et provisoire de nécessité, sans corpus complet, acceptant la "double affiliation" de ses militant(e)s qui, s’ils sont pour la plupart sans tendance, peuvent être par exemple Emancipation (c’est le cas de Jean-François depuis 2003). La seule chose qui objectivement pourrait assimiler Ensemble à une tendance c’est que le groupe a publié des appels à candidature dans la presse fédérale avant chaque congrès FSU. Mais qu’on les relise : c’était surtout, et assez clairement, à chaque fois une invitation à contacts et convergences. Des tendances se construisent soit sur des corpus spécifiques (celui d’Emancipation est hérité de la scission de l’EE), soit sur des intérêts bureaucratiques spécifiques (majos). Ensemble, apparu avant la scission de l’EE, a un corpus relativement basique, en tout cas non exhaustif, construit progressivement dans des campagnes face à la direction sur des mandats précis.
Amitiés. Stéphane

Brèves

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)