Un mois dans le monde

mardi 28 mars 2017

L’amicale des grands bâtisseurs

Les rodomontades de Trump annonçant que les Mexicains paieraient eux-mêmes pour la construction du gigantesque mur qui doit empêcher ces hordes de Latinos de déferler sur le marché du travail yankee n’ont fait rire personne de l’autre côté du Rio Grande. Y’en a un qui a bruyamment approuvé, c’est Nétanyahou. Du coup l’ambassadeur israélien à Mexico a été convoqué et admonesté. Nétanyahou n’en a cure, ses intérêts sont financiers : la compagnie israélienne Magal Security Systems ltd, arguant de son “savoir-faire” acquis contre les PalestinienNEs ou face à l’Égypte a aussitôt candidaté pour ce chantier pharaonique. Ses actions ont grimpé de 50% depuis la victoire de Trump.

États-Unis

Les auteurs du 11 septembre 2001 étaient principalement égyptiens et saoudiens. Curieusement, ces deux pays alliés de l’empire ne sont pas touchés par le décret anti-musulman de Trump. Celui-ci préfère s’en prendre à des pays disloqués par les interventions militaires occidentales comme l’Irak ou la Libye.

Aux manifestations quotidiennes qui empêchent la normalisation de son gouvernement de soudards et aux doutes sur la santé mentale d’un président qui fait un discours sur un attentat imaginaire en Suède, s’ajoute maintenant une résistance juridique. Des juges ont réussi (temporairement ? Il est trop tôt pour le dire) à bloquer le décret anti-musulman. La constitution américaine n’est bien sûr pas notre tasse de thé, mais le décret la viole ouvertement.

Québec

Il s’appelle Alexandre Bissonette. C’est un militant d’extrême droite admirateur de Trump et de Marine Le Pen. Comme le Norvégien Breivik, il considère que les musulmanNEs menacent son identité et sa société. Alors il a tué tous ceux qu’il pouvait atteindre. La réaction des autorités canadiennes et québécoises a été assez exemplaire. Elles sont venues manifester leur solidarité et réaffirmer que les musulmans ont les mêmes droits que tout le monde. Et des “gens ordinaires” ont fait des chaînes symboliques autour des mosquées pour protéger les prières. Un exemple dont la France pourrait s’inspirer alors que nos autorités ont toujours fait silence face aux innombrables agressions contre les musulmanEs en France.

Barcelone et Ceuta

Quoi de neuf dans les municipalités espagnoles dirigées par Podemos, s’interrogeait le Monde Diplomatique ? La rue barcelonaise vient d’apporter une réponse extraordinaire. Une marée humaine (160 ?000 personnes) a exigé que le gouvernement accueille les réfugié-e-s.

Sur cette question, le gouvernement Rajoy a oublié un “détail” : dans la chasse aux migrantEs, les pays d’Afrique sont payés par l’Europe pour intercepter celles ou ceux qui tentent la grande traversée. Kadhafi remplissait parfaitement ce rôle avant l’invasion occidentale. Suite à un différent commercial entre l’Europe et le Maroc, celui-ci a ponctuellement renoncé à contrôler les migrantEs et plusieurs centaines d’AfricainEs sont rentréEs dans l’enclave espagnole de Ceuta.

Corée du Nord

C’est sans doute le dernier vestige de la pire forme de stalinisme. Une dynastie héréditaire qui a transformé le pays en prison autarcique. Les richesses sont utilisées dans les armements technologiques alors que les rares témoignages font état d’une famine endémique. Le meurtre sophistiqué de Kim Jong-Nam en Malaisie sur ordre de son demi-frère, le dictateur Kim Jong-Un, rappelle certes les meurtres familiaux que nos dynasties ont commis en d’autres temps (les Mérovingiens, les Tudor). Mais il y a un côté politique qui pourrait peser lourd : le mort était l’homme adoubé par la Chine.

Syrie et révisionnisme

Il y a encore, y compris dans nos rangs, des gens qui mettent en doute la nature du régime de Bachar el-Assad et les crimes de masse qu’il commet.

Dans un rapport très détaillé sur la prison de Saidnaya reposant sur plusieurs témoignages, Amnesty International décrit cette prison comme un véritable abattoir. Entre 5 ?000 et 13 ?000 personnes y ont été pendues. On torture, on viole et on affame aussi dans ce mouroir. Ce n’est pas parce que des régimes politiques que nous exécrons sont les ennemis de Bachar qu’on a le droit de fermer les yeux.

Aoun

Parmi celles et ceux qui soutiennent le régime syrien, il y a le Front National. Celui-ci s’y connaît en matière de droits de l’homme puisqu’il a soutenu autrefois dans la région les Phalanges Libanaises.

Le général Aoun est un allié du Hezbollah qui est un allié du régime syrien. Cela explique le tabou que vient de briser le général Aoun, président du Liban, en recevant Marine le Pen.

Israël

En quoi l’arrivée de Trump marque-t-elle un tournant au Proche-Orient ? Jusqu’ici, le gouvernement israélien, tout en poursuivant de façon accélérée la colonisation était un peu obligé de prononcer les mots “processus de paix” ou “État palestinien”. Avec Trump, plus besoin de faire semblant. Ce qui est à l’ordre du jour, c’est l’annexion de la Cisjordanie ou au moins (c’était le thème de campagne de Bennet, le dirigeant du parti des colons) de la zone C qui recouvre 62 ?% de la Cisjordanie. C’est aussi le déménagement de l’ambassade américaine avec le danger de l’embrasement de cette ville. Le projet historique du sionisme (un État juif homogène) n’est plus à l’ordre du jour. L’extrême droite au pouvoir assume ouvertement l’apartheid, ce qui risque d’obliger un certain nombre de pays européens ou arabes à modifier leur politique.

Le vote par la Knesset de la légalisation de 53 colonies dites “illégales” occupant 800 ha annonce un prochain nettoyage ethnique.

Le soldat franco-israélien Elor Azaria qui avait achevé un Palestinien blessé a finalement été condamné à 18 mois de prison. L’armée voulait une condamnation malgré les manifestations organisées par les colons avec l’appui marqué de plusieurs ministres. Cette peine, c’est quand même cinq fois moins que pour un Palestinien qui jetterait des pierres sur des soldats.

Pierre Stambul


Brèves

7 juillet - RELAXE POUR ELIE DOMOTA !

Message de soutien d’Émancipation à Élie Domota
Le syndicaliste guadeloupéen Élie Domota, (...)

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)