La sociale de Gilles Perret (France 2016)

Cinéma
samedi 4 mars 2017

Souhaitons à ce beau documentaire la trajectoire qui fut celle au printemps dernier de Merci Patron ayant contribué à la naissance de Nuits debout. Il semble que ce soit déjà le cas avec le recul de Fillon sur ce sujet, par rapport aux déclarations guerrières de la primaire...

Comme le dit mon ami Bernard Friot, économiste, intervenant plusieurs fois dans le film, celui-ci mériterait d’être projeté dans tous les établissements scolaires... et devant toutes les instances syndicales. Historiquement la Sécurité Sociale est un édifice inouï bâti de leurs mains (les fameuses “caisses” recevant les cotisations) par les ouvriers et ouvrières.

Au centre le ministre du Travail puis député Ambroise Croizat, communiste, qui mit tous ses efforts à organiser et consolider cette machine révolutionnaire.

L’intérêt est donc à la fois pédagogique et militant. On est émuE par le témoignage d’un “frère d’armes” de Croizat, syndicaliste nonagénaire, venant expliquer cet avènement-évènement aux futurs cadres de la Sécurité Sociale, dont l’une avoue qu’en cette École on ne peut plus spécialisée, on ne lui a jamais parlé d’Ambroise Croizat ! Est-ce le prolongement de l’ombre portée par le pacte germano-soviétique qui valut à cet homme éminent d’être emprisonné plusieurs années, et pour finir au bagne de la Maison Carrée dans la banlieue d’Alger, avant d’être rétabli dans ses droits en 1944 ?

En ces temps où le présidentiable Fillon et bien d’autres clament leur programmation de la mise à mort de notre système de protection sociale, encore debout malgré plus d’un coup de butoir, plus d’un essai de démantèlement, on ne peut que se réjouir de constater à travers cette œuvre que le combat n’est pas forcément perdu et en tous cas qu’il est de notre devoir et qu’il y va de notre survie de continuer à le mener.

Marie-Claire Calmus