Aux armes, citoyens !

jeudi 1er décembre 2016

Jean-François Chalot écrit beaucoup. Notamment sur le site de discussion Agoravox. Parmi ses articles, il s’en trouve souvent qui traitent de sujets tournant autour de la solidarité sociale et notamment des associations qui suppléent ou relaient l’action publique.

Dans ce livre au titre explicite, il a rassemblé 28 de ses textes publiés en 2016 sur le sujet. Si quelques-uns sont purement circonstanciels, la plupart ont une portée générale. Ils ont été réunis en huit chapitres encadrés par une préface de moi-même suivie d’une présentation rédigée par l’auteur et une postface de notre ancien collègue qui signe CNabum  : Les associations en question, Salariés et bénévoles, Contre la pauvreté, Une santé pour tous, Reconquérir les quartiers populaires, Agir, Rester indépendant, La loi de juillet 1901 (un très intéressant entretien avec J.C. Bardout, auteur de L’histoire étonnante de la loi de 1901 ). Le tout est illustré de quelques documents et de dessins de Nagy.

Il y a plusieurs façons de militer. On peut développer et défendre des idées, se lancer à la conquête du pouvoir, s’agiter en tous sens en surfant sur les mécontentements, on peut aussi agir ici et maintenant pour améliorer le sort des plus démunis, notamment au sein d’associations – qu’il faut parfois créer, quand elles n’existent pas. C’est essentiellement la démarche de Jean-François Chalot, surtout depuis que la retraite, à partir de 2003, lui a permis d’y consacrer l’essentiel de son temps.

Des associations, il en existe de toutes sortes et certaines n’ont pas toujours bonne presse à plus ou moins juste raison. Celles dont il est question dans ce livre sont essentiellement les “associations citoyennes”, à but non-lucratif, permises par la fameuse loi de 1901.

Une association peut être qualifiée « d’association citoyenne » lorsqu’elle poursuit un objectif qui dépasse la simple satisfaction de ses membres et qu’elle contribue au bien commun. [...] Cette contribution au bien commun se traduit aussi dans leur fonctionnement et dans leur action”. (Didier Minot, Des associations citoyennes pour demain , Ed. Mayer, 2014)

Face à la désaffection dont souffrent syndicats et partis politiques, le mouvement associatif semble avoir le vent en poupe avec la participation de plus en plus de bénévoles. Si l’on en croit Hervé Nathan dans Marianne , on en estimerait le nombre à 13 millions dans notre pays, soit 39 ?% de la population selon une étude de Recherche et solidarités (contre 36 ?% en 2010). Tous n’ont évidemment pas une action orientée vers la réduction des inégalités mais tous participent à la création d’un lien social alternatif à l’individualisme égoïste et concurrentiel qui sape notre société de plus en plus néo-libérale.

Malheureusement, les associations sont menacées par le mercantilisme, ne serait-ce qu’à cause de la baisse des subventions grâce auxquelles elles survivent, une baisse qui les incite à s’insérer davantage dans l’économie marchande, ce à quoi elles ne sont généralement pas préparées et qui ne manquerait pas d’en modifier la nature et les finalités.

Aujourd’hui très investi au CNAFAL 77 (Conseil National des Associations Familiales laïques de Seine-et-Marne), maire-adjoint de sa commune de Vaux-le-Pénil, J.F. Chalot milite concrètement, au mieux de ses forces et de ses capacités, au service de ses concitoyens et ses “coups de gueule” ne font que témoigner de la solidité de ses convictions et de son engagement pour la justice sociale et l’aide aux plus démunis de ses concitoyens.

La lecture de son livre est l’occasion de réfléchir et peut constituer un point de départ pour une action concrète sur le terrain, complémentaire de l’indispensable action syndicale et politique.

Jean Mourot, Septembre 2016

  • Les associations pour le lien social et la réduction des inégalités , Jean-François Chalot, Le Scorpion brun, 2016, 108 p. , 8 €.

En vente chez l’auteur ou à l’EDMP.