Adama tué, Assa poursuivie en justice, Youssouf et Bagui incarcérés : un intolérable acharnement contre la famille Traoré

lundi 28 novembre 2016

L’Émancipation tendance intersyndicale appelle à signer et à diffuser largement cet appel pour qu’enfin soit rendue justice à la famille Traoré !

Adama Traoré a été tué le 19 juillet à la suite de son interpellation par les gendarmes, alors qu’il était sous leur responsabilité. A croire que cela ne suffisait pas : ses frères Youssouf et Bagui, qui réclament, avec leur famille, vérité et justice pour leur frère, viennent d’être incarcérés préventivement à la suite du rassemblement du 17 novembre dernier devant la mairie de Beaumont-sur-Oise. « Outrage, rébellion et violence » : le prétexte est malheureusement devenu habituel. Les responsables de la mort d’Adama, eux, ne sont toujours pas inquiétés.

L’édile de Beaumont, Nathalie Groux, est au cœur de l’acharnement subi par la famille. Ce soir-là, les Traoré et une centaine d’habitants s’étaient en effet rassemblés devant un conseil municipal qui s’apprêtait à voter sa demande de financement, jusqu’à 10 000 euros, pour la plainte qu’elle a déposée contre Assa Traoré : la sœur d’Adama est poursuivie pour avoir déclaré que « la maire a choisi son camp », en se mettant « du côté de la violence policière ». Une maire qui a par ailleurs relayé sur Twitter, le 12 novembre, un appel aux « habitants de souche » à s’armer pour venir en aide aux policiers...

L’incarcération de Youssouf et Bagui Traorén’est pas une énième « bavure ». Depuis le début, l’institution judiciaire s’est employée à relayer l’institution policière en même temps qu’à l’absoudre. Cette collusion relève à l’évidence d’une décision politique. Le 2 novembre, Bernard Cazeneuve a répondu à l’interpellation d’un député, Pouria Amirshahi, en rejetant, sans attendre le résultat des enquêtes en cours, la « mise en cause » du travail des forces de l’ordre. Le 25 novembre, le même ministre de l’Intérieur a apporté son soutien à la maire de Beaumont. Ni le gouvernement ni la municipalité n’ont jugé bon de présenter leurs condoléances à cette famille. Tout cela démontre une détermination des pouvoirs publics, jusqu’au sommet des institutions, à faire taire Assa Traoré, et avec elle toute sa famille, en s’attaquant à ses frères.

Ce scandale de plus doit être le scandale de trop : nous ne pouvons que nous révolter contre ce pouvoir qui couvre ses propres crimes ; il justifie la répression et l’arbitraire, devenus sa marque de fabrique, avec encore plus de répression et d’arbitraire. N’attendons pas de nouveaux crimes. Nous exigeons la libération immédiate de Youssouf et Bagui. Nous demandons aussi que les responsables de la mort d’Adama soient poursuivis. Nous appelons dans ce pays à une mobilisation qui réponde aux menaces et aux tentatives d’intimidation contre la famille Traoré. Nous sommes face à une affaire d’Etat : il faut la dénoncer comme telle. Par la force du nombre, imposons de redonner un sens au mot « justice ».

Pour signer la pétition : ici