Serons-nous toutes et tous des campagnols amphibies ?

mardi 18 octobre 2016

La revue Émancipation a déjà proposé à ses lecteurs et lectrices différents articles sur a lutte contre l’aéroport de NDDL.

En 2008, la déclaration d’utilité publique est signée par un préfet qui pointe aujourd’hui chez Vinci. En 2010, l’État confie la concession à Vinci. En avril 2012 grève de la faim, promesse de Hollande qu’aucunE habitantE ne serait expulséE avant la fin des recours. 16 octobre 2012 : opération César, gendarmes et CRS investissent la “zone d’aménagement” mais doivent s’en retirer du fait de la mobilisation. Février 2014, manifestation immense à Nantes où les armes et les pratiques des forces de répression font plusieurs blesséEs graves parmi les manifestantEs. 2016 : François Verchère sort un livre-enquête : Notre-Dame-des-Landes, un mensonge d’État mais le 26 juin le référendum-piège organisé exclusivement en Loire-Atlantique donne 55 ?% au oui (avec seulement 100 voix d’avance à Nantes). L’ensemble de la classe politique , à l’exception d’EELV et de l’extrême gauche, pousse les feux pour expulser “les zadistes” devenuEs les ennemiEs absoluEs...

En revanche CGT44, Solidaires, FSU se sont prononcés contre la construction de cet aéroport, mais ils sont manifestement peu entendus !

Le préfet vient de signer l’arrêté qui permet d’éliminer les campagnols amphibies, espèce pourtant très protégée. Cela était le dernier frein à l’attaque de la ZAD par l’État, au profit de Vinci.

Aujourd’hui, donc plus que jamais, l’heure est à la mobilisation.

Aux comités de chaque ville, de chaque village de s’organiser, pour être solidaires — être présentEs les 8 et 9 octobre notamment — mais surtout, au delà, afin que la ZAD, “mère des ZAD” ne soit pas dévastée, afin que les forces de l’ordre ne se sentent pas à tuer comme à Sivens, afin que touTEs ensembles on puisse sauver un bout de terre merveilleuse, contre la toute puissance des décideurs, comme on l’a réussi au Larzac, à Plogoff. C’est essentiel !

Emmanuelle