Nous avons besoin de votre aide !

Urgence
lundi 17 octobre 2016

Des collectifs de soutien aux Mineurs Isolés Étrangers (“mineurEs non-accompagnéEs”), ainsi que de nombreux et nombreuses jeunes venuEs de toute la France se sont réunis à Nantes, les 3 et 4 septembre, afin de constituer un réseau national.

Des milliers de jeunes ayant fui leurs pays se retrouvent sans abri, sans soins, sans école.

L’Aide Sociale à l’Enfance est débordée, n’assurant même plus un rôle minimum de protection et les conseils départementaux n’assument pas leur rôle social. Seules les associations essayent de remédier du mieux qu’elles peuvent à cette situation, sans moyens.

Mais localement elles se heurtent à des obstacles juridiques, administratifs, etc. mais surtout politiques, dans l’arbitraire le plus total.

Des textes existent mais ils ne sont pas appliqués.

Tout au contraire, on oppose aux jeunes une suspicion systématique (sur leur âge, leur identité), et le doute est toujours à décharge, on les maintient dans un déni d’identité dévastateur à l’âge où ils/elles construisent leur personnalité et leurs besoins essentiels et fondamentaux ne sont pas pris en compte, les laissant dans une précarité inhumaine.

Les mineurEs sont même victimes de discriminations légales par rapport aux majeurEs !

Une nouvelle rentrée vient de se tenir, laissant des milliers de jeunes dans la rue alors que leur place est à l’école.

Les jeunes ont élaboré à Nantes leur propre plateforme de revendications. Nous allons les aider à se faire entendre auprès des parents, des établissements scolaires, des avocats qui nous aident... De nombreuses initiatives sont envisagées. Mais votre appui est nécessaire pour obtenir l’écoute des responsables politiques.

Nous en appelons à l’aide des syndicats afin d’interpeller la puissance publique AU NIVEAU NATIONAL, puisque nos actions locales restent sans effet.

Nous devons être reçuEs avec les collectifs de jeunes (dont “Je suis là”) par Mesdames Vallaud-Belkacem et Touraine de toute urgence !

Il serait incompréhensible que les syndicats d’enseignantEs, de travailleurEs sociaux/ales, de soignantEs, de travailleurEs ne luttent pas contre la déscolarisation, l’absence de soins et de prise en compte des vécus traumatiques et l’exploitation (en tant que travailleurEs au noir par exemple) au côté des associations.

Emmanuelle

**************************************************************************************************

L’école, la formation, un droit de touTEs les jeunes

Ils/elles ont 16 ans et plus, l’ASE les “prend en charge”. HébergéEs en hôtels, sans socialisation, sans réelle alphabétisation, ils/elles sont des centaines à réclamer qu’on cesse de bafouer leur droit à l’éducation. Un droit formellement répété par le ministère de l’Éducation nationale, sans aucune efficacité.

Circulaire n°2012-141 du 2 octobre 2012 relative à l’organisation de la scolarité des élèves allophones nouvellement arrivés :

“Les nouveaux arrivants âgés de plus de 16 ans, ne relevant donc pas de l’obligation scolaire, peuvent néanmoins être accueillis dans le cadre de la mission générale d’insertion de l’éducation nationale (MGIEN) qui travaille à la qualification et la préparation à l’insertion professionnelle et sociale des élèves de plus de 16 ans. Ainsi des cycles d’insertion préprofessionnels spécialisés en français langue étrangère et en alphabétisation (CIPPA FLE-ALPHA) peuvent être mis en place pour les jeunes peu ou pas scolarisés dans leur pays d’origine. Enfin, on veillera à ce que soit mis en place un projet professionnel individualisé qui permette à chaque jeune d’accéder, par la découverte des filières professionnelles existantes à une formation répondant à ses aspirations personnelles et à ses capacités du moment.”

Extrait du bulletin de Liaison intermittent et sporadique de RESF, 9 septembre 2016

www.educationsansfrontieres.org

***************************************************************************************************


Brèves

14 février - Réunion publique - Jeudi 23 février à 19h - Alep : un tournant ?

Résistances populaires en Syrie et manœuvres internationales
Réunion publique avec :
Ziad (...)