Les ventards du vent

1000 signes, pas plus, titre, signature et autres babioles exclus
samedi 24 septembre 2016

Les ventards vantent l’éolienne. Normal, me direz-vous. Écologie, développement durable et énergie verte. Pas si simple. Bob Mougin, journaliste indépendant du Havre, aime mettre le nez là où ça sent pas bon, histoire de humer l’air du temps, le temps d’enfourcher sa Rosalinde, une moto qui frise les 80 à l’heure à fond les manettes, il part sonder le pays de Caux qu’on veut transformer en parc éolien. Le vrombissement de ces grands moulins à vent est-il si dérangeant que ça ? Au point de monter une association pour lutter contre ce projet ? Don Quichotte est convoqué et il va faire du Barouf. Max Obione laisse sa langue jubilatoire mener le récit, tenu en 177 pages, concises, roboratives et salvatrices. On y croise des caractères hauts en couleur : une pétainiste lapine, une mégère top chef, une femme, Nina, à l’envie corporelle sans honte, un maire engoncé dans son costard, un blogueur noir facho, une Fati dévouée à son patron. Un petit bonheur de lecture pour niquer la bienpensance.

F. B.

Barouf , Max Obione, Court Circuit, 2016, 177 pages, 12 e.€

À commander à l’EDMP (8 impasse Crozatier, Paris 12e, 01 44 68 04 18, didier.mainchin@gmail.com).