Loi Travail : reconduire la grève et tout bloquer

Édito
mercredi 13 avril 2016

Le projet de loi El Khomri est une offensive cohérente. Chacun des aspects procède de la même logique : l’individualisation des droits conduisant à la liquidation des droits collectifs.

Cette offensive s’articule avec celle contre l’école. Le parcours individualisé de l’élève et les évaluations par compétences seront répertoriées dans le Livret Scolaire Unique Numérisé (LSUN), ces évaluations se poursuivront au lycée avec le nouveau Livret Scolaire du Lycée. À terme, ces informations seront transférées dans le livret du/de la salariéE, le Compte Personnel d’Activité (CPA) devenant un nouveau “livret ouvrier”.

La mobilisation des étudiantEs et des lycéenNEs contre la “loi travail”, rejointEs ce 31 mars dans une puissante journée de mobilisation (avec 1,2 million de manifestantEs), pose la question des suites à y apporter, et amorce la possibilité d’un mouvement social qui pourrait mettre un coup d’arrêt à la politique gouvernementale antisociale et autoritaire. Comme pour la bataille contre le CPE, l’ancrage dans la jeunesse est un élément déterminant.

Encore faut-il que, comme pour le CPE, le mouvement syndical et associatif renforce son implication dans la construction de la mobilisation et que convergent les luttes, puisque d’autres champs de confrontation avec ce gouvernement sont ouverts :

- que ce soient les luttes contre tous les pans de l’état d’urgence, la déchéance de nationalité, la guerre et l’état de guerre ; contre la répression des mouvements sociaux (écologistes, BDS...) et des syndicalistes (des Goodyear, des Air France comme dans l’EN...) ; la solidarité envers les migrantEs de Calais ou la mobilisation contre la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui a réuni, le 27 février, des dizaines de milliers de personnes, ce qui constitue la meilleure réponse au référendum de Hollande.
- que ce soit le soutien au mouvement de la jeunesse, en s’opposant à la répression violente et systématique dans de nombreuses villes, et en veillant à ce que les cortèges syndicaux et leurs services d’ordre contribuent à leur protection.
- que ce soit aussi la convergence avec les luttes de la fonction publique en butte avec des mesures contenues dans le projet de loi travail (CPA, apprentissage et ce qui dans le statut est rattaché ou dérogatoire au code du travail) ou de même nature (réforme territoriale, loi déontologie, “accord PPCR”, charte de la déconcentration...).
- que ce soit aussi dans les luttes concernant directement le secteur de l’éducation, comme celle pour l’abrogation de la réforme du collège.

Encore faut-il que ce mouvement se dote de revendications unifiantes, tant la lutte contre la loi travail est fédératrice, “le retrait pur et simple du projet de loi”.

Le rôle du mouvement syndical est de conforter l’unité public-privé, en expliquant les rapports qui existent entre la “loi travail” et les atteintes au statut de la fonction publique. Les légitimes exigences salariales ainsi que la lutte unitaire pour l’abrogation de la réforme du collège doivent s’inscrire dans un plan d’action d’ensemble.

Pour aboutir au retrait total de la loi travail, et à la satisfaction des autres revendications qui serait facilitée par un premier recul gouvernemental, il s’agit :
- d’ancrer le mouvement sur les lieux de travail : en unifiant à la base les travailleurEs des différents secteurs, en se fondant sur l’organisation d’assemblées générales intercatégorielles et intersyndicales se coordonnant grâce à des éluEs mandatéEs aux différents niveaux, avec des AG de mobilisation interprofessionnelle à l’issue des manifs, associant jeunes, travailleurEs du privé comme du public.
- d’engager dès maintenant les actions et reconduire la grève pour aboutir à un mouvement de lutte public-privé jusqu’au retrait de la loi travail, y compris si besoin est par le blocage du pays.

Raymond Jousmet, le 02/04/2016


Brèves

10 juillet -  Retrait des projets Macron, retrait du projet de réforme du code du travail

Motion votée le 28 juin au Conseil syndical du SNUipp 13
Les premiers projets ou annonces du (...)

26 juin - La rentrée ne peut pas se faire dans ces conditions !

Appel intersyndical IDF
Jeudi 29 juin se tient un CTSD ayant à l’ordre du jour les dotations en (...)

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)