La question des pratiques syndicales : le rapport aux luttes

mardi 13 mars 2007

La question des pratiques syndicales : le rapport aux luttes

Le rapport préparatoire au thème 3 se centre sur nos pratiques syndicales, mais s’intéresse plus au fonctionnement de la structure SNES – de l’appareil pourrait-on dire – qu’aux rapports aux personnels et à leurs luttes : voulons-nous un outil pour agir et gagner sur les revendications, ou simplement se féliciter d’être "représentatifs" ?

Ce qui pose la question du rapport aux luttes des personnels, et aux structures qu’ils se donnent dans le cours de ces luttes. En partant donc des pratiques syndicales à la base, au plus près du terrain.

Syndicats et structures de luttes
Les luttes qui ont remporté des victoires, même partielles, ces dernières années (Seine-Saint-Denis en 1998, mouvement anti-CPE …) ont montré l’importance des Assemblées Générales des catégories concernées, AG elles-mêmes regroupées en coordinations, comités de grève...

C’est là en effet que se joue l’unité y compris intersyndicale, grâce aux débats et à l’appropriation collective de la lutte. Par exemple pour la décision collective du type de revendications à porter prioritairement, des actions nécessaires pour obtenir satisfaction, et pour le contrôle de la mise en oeuvre des mandats revendicatifs.

Cette implication directe des personnels dans la construction et l’organisation du mouvement social doit cesser d’être considérée comme une défiance envers les syndicats, qui ont un rôle spécifique à jouer : en apportant leurs propositions, leur implantation dans les différents établissements, leur capacité à populariser et étendre la mobilisation, à diffuser l’information.

Le rôle du SNES : donner aux personnels les moyens de s’auto-organiser !
Il ne s’agit pas seulement d’avoir un S1 dans chaque établissement, il s’agit aussi de leur permettre d’entraîner dans l’action les collègues :
- en encourageant la création et le fonctionnement d’une assemblée générale dans chaque établissement ; la participation active des structures du SNES aux assemblées générales peut être moteur de mobilisation, mais aussi un facteur de dynamisme pour le SNES lui-même.
- en aidant ces AG à se coordonner (du niveau local au niveau national) pour créer une véritable dynamique et étendre les mouvements ; en les aidant aussi à fonctionner démocratiquement (délégué-e-s mandaté-e-s).

Qui peut mieux diriger et faire aboutir une lutte, que les personnels en lutte ? Poser la question, c’est y répondre...

Quentin Dauphiné, collège d’Aups (83), Émancipation


Brèves

10 juillet -  Retrait des projets Macron, retrait du projet de réforme du code du travail

Motion votée le 28 juin au Conseil syndical du SNUipp 13
Les premiers projets ou annonces du (...)

26 juin - La rentrée ne peut pas se faire dans ces conditions !

Appel intersyndical IDF
Jeudi 29 juin se tient un CTSD ayant à l’ordre du jour les dotations en (...)

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)