Notre librairie (février 2016)

lundi 22 février 2016

Celles de 14

La situation des femmes au temps de la grande boucherie. Partant du constat que l’Histoire des guerres est essentiellement centrée sur les hommes, le propos de ce livre est de nous faire découvrir le quotidien de celles qui sont présentées dès l’introduction comme les grandes oubliées des guerres. À partir de nombreuses lectures croisées, l’auteure nous aide à cerner la vie de ces femmes de 1914,leur situation sociale et économique, leurs responsabilités nouvelles dues au départ des hommes au front. Hélène Hernandez, militante anarchiste, anarcho-syndicaliste et féministe d’aujourd’hui nous éclaire également sur leur engagement politique et social, leur implication dans les mouvements féministes, pacifistes.

Celles de 14 , Hélène Hernandez, éditions Libertaires, novembre 2015, 132 p., 11 €.

Guide d’autodéfense juridique

La première édition de ce guide d’autodéfense juridique date de 2007. Presque dix ans après, le collectif CADECOL s’est chargé d’actualiser, réviser et augmenter le guide, conservant l’objectif de se réapproprier les stratégies de défense collective. La connaissance du droit et le décryptage de son idéologie sont des outils fondamentaux lorsqu’on est confronté à la procédure pénale. Enquêtes, perquisitions, fouilles, contrôles d’identité, garde à vue, comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, peines, fichiers, mineurEs : chacun de ces sujets est évoqué dans les treize chapitres du guide. En 2016, avec le nouvel arsenal judiciaire antiterroriste lié à l’état d’urgence, ce guide est indispensable pour se repérer dans les méandres des dispositifs de répression qui ne cessent de se développer.

Face à la police/Face à la Justice , Escondida Élie, Timélos Dante, Collectif CADECOL, éditions Syllepse, collection Arguments et Mouvements, janvier 2016, 188 p., 10 €.

Les enfants du chaos

Depuis les années 2000, des émeutes et des attentats aux motivations multiples se multiplient un peu partout. L’anthropologue Alain Bertho, déplace les cadres d’explication habituels et montre que le chaos qui pointe est très loin d’avoirla “radicalisation de l’islam” et le djihad pour seuls moteurs. La crise généralisée de la représentation politique, la recherche d’une légitimité sécuritaire par les puissants, laissent un goût de désillusions, de révoltes désespérées à la génération d’aujourd’hui. Quand la fin du monde semble à nombre de jeunes plus crédible que la fin du capitalisme, la révolte tend à prendre les chemins du désespoir et du martyre. La clôture de l’hypothèse révolutionnaire a ainsi ouvert la voie à la rage des enfants perdus du chaos politique et humain de la mondialisation néolibérale. Seul peut y répondre l’espoir collectif en un autre possible, fondé sur une nouvelle radicalité tournée vers l’avenir. Ses prémisses sont là, partout dans le monde. L’enjeu est de les faire grandir.

Les enfants du chaos , Alain Bertho, éditions La Découverte, collection cahiers libres, janvier 2016, 220 p., 13 €.

Le bourg et l’atelier

La restitution d’entretiens et de discussions dans le syndicat mais aussi l’observation des mobilisations, constituent la base de cette enquête menée pendant cinq ans sur le quotidien de syndicalistes ouvriers/ ouvrières dans un atelier SNCF, au sein d’un bourg industriel de 3 ?000 habitantEs. Permettant d’entrer dans l’ordinaire de la vie d’ouvriers/d’ouvrières syndiquéEs et montrant des tentatives d’organisation collective concrètes face aux réorganisations managériales, ce livre souligne que les clivages de classes, se sont reconfigurés dans un nouveau contexte politique et économique.Il tente de répondre aux questions : pourquoi continuer à se syndiquer quand tout pousse à la désyndicalisation et comment militer malgré la force des processus adverses ?

Le bourg et l’atelier , Julian Mischi, éditions Agone, janvier 2016, 408 p. ; 23 €.