Notre librairie (septembre 2015)

lundi 19 octobre 2015

Idées reçues sur la dyslexie

La dyslexie touche aujourd’hui plus de quatre millions de personnes qui, malgré des capacités intellectuelles normales voire supérieures, sont non autonomes avec la lecture et l’écrit. L’ampleur de cette pathologie souvent reliée à l’échec scolaire, aux difficultés d’accès à la culture ou à une intégration professionnelle réussie inquiète les parents. De nombreuses idées reçues circulent sur ce phénomène qui touche au langage et affecte les modes de communication.En confrontant les croyances sur la lecture aux connaissances scientifiques de la recherche en neurologie et en génétique, Annie Dumont, orthophoniste, chargée de cours à l’université Paris-VI nous livre un ouvrage, clair et rassurant, accessible à touTEs, qui va de l’identification du trouble à son traitement.

Idées reçues sur la dyslexie, Annie Dumont , éditions le Cavalier Bleu, collection idées reçues-grand angle, nouvelle édition, 168 p., 18€€.

***

À qui profitent les partenariats public-privé (PPP) ?

Créés il y a plus de vingt ans en Grande-Bretagne, les partenariats public-privé confient le financement, la réalisation et le fonctionnement d’équipements publics comme des stades, des hôpitaux, des écoles à des multinationales. Importés par les technocrates et les ultralibéraux et soumis aux pures logiques financières, ces PPP sévissent en France depuis 2004, au grand bénéfice d’une oligarchie restreinte dominée par Vinci, Bouygues et Eiffage. Malgré les fiascos avérés, les PPP profitent de la crise et des désengagements de l’État et des collectivités territoriales, au préjudice des contribuables, qui règlent une note considérablement plus salée. Quand l’intérêt public est livré aux intérêts privés…Analyse d’un désastre.

Services publics à crédit , Nicolas de La Casinière, éditions Libertalia, collection À boulets rouges, septembre 2015, 120 p., 8€€.
L’économie sociale et solidaire - Levier de changement ?... Plusieurs angles transversaux sont étudiés : liens avec l’économie informelle, avec l’écoféminisme, les coopératives, les associations et les mouvements paysans. Dans quelle mesure, sur quelles bases et à quelles conditions se distingue-t-elle d’une simple moralisation du capitalisme pour opérer comme un véritable levier de changement social ?

L’économie sociale et solidaire —Levier de changement ? Coordonné par Frédéric Thomas, éditions Syllepse, collection Alternatives Sud, juin 2015, 196 p., 13€€.

La révolution allemande 1918-1923

Chris Harman (1942–2009), militant et écrivain britannique, est l’auteur de plusieurs livres sur l’histoire européenne du XXe siècle. Il retrace ici la période révolutionnaire qui s’ouvre en novembre 1918. Des conseils d’ouvrierEs et de soldats se forment dans tout le pays et au bout d’une semaine le leader spartakiste Karl Liebknecht proclame la république socialiste allemande. DiviséEs, les révolutionnaires tardent à se détacher d’un parti socialiste puissant qui s’engage immédiatement dans la voie du maintien de l’ordre. En janvier 1919, grâce aux Freikorps, mercenaires payés par la grande industrie, l’insurrection spartakiste est écrasée, Liebknecht et Rosa Luxemburg sont assassinéEs. La révolution allemande va néanmoins se prolonger pendant plus de trois ans de crises, de grèves et d’affrontements armés.

La révolution allemande 1918-1923 , Chris Harman, traduction Jean-Marie Guerlin, éditions La fabrique, mai 2015, 416 p., 20 €.