Chronique du temps perdu

Erwan Redon a de jolies gambettes
samedi 10 février 2007
par  DK, Administrateur

Mardi 6 février 2007

Après quasiment deux mois de suspension depuis le 19 décembre, l’Inspection d’Académie me joint par téléphone à 18h30 et m’indique que je dois me présenter jeudi 8 février au près de l’IEN de la circonscription 6 de Marseille. Je devrais avoir un poste au sein de l’école Sainte Marguerite.

Je signale à mon interlocutrice qu’il y a un appel national à la grève ce jeudi. « Oui bien sur mais dans votre situation… » Ma situation de suspendu ne me suspend pourtant pas de mon droit de grève.

« euh, ben, voyez avec votre IEN… »

Mercredi 7 février 2007

De bon matin l’œil vif et l’air frais, j’appelle l’IEN de la circonscription 6.

Elle était un peu étonnée car elle n’était pas au courant. Elle a bien été contactée au paravent concernant mon cas mais elle n’avait pas reçu de confirmation et encore moins concernant ma venue sur une école.
Elle n’est pas décidée à enlever un de ses zil d’un poste où il se trouve pour m’y mettre alors qu’elle vient juste de stabiliser les écoles après pas mal de problèmes de remplacement et quelques agitations parentales.
Eventuellement elle aurait besoin de quelqu’un en tant que zil. Personnellement ça ne me dérange pas plus que ça. Elle m’indique qu’elle va se renseigner dans la journée au près de l’IA.

Quant à jeudi, même si j’avais voulu venir, ce n’était pas la peine, la secrétaire ne sera pas là.
Donc nous nous donnons rendez vous vendredi matin.

Vendredi 9 février 2007

Je me rends à l’IEN 6 dès 8h15. On me répond à l’interphone qu’il me faut attendre car l’IEN n’est pas arrivée. Dès l’ouverture je me dirige vers les bureaux. Surprise l’IEN est absente pour la journée : réunion.

Mais la secrétaire a reçu un fax de l’IA adressé à l’IEN lui indiquant que je dois prendre mon poste à l’école Sainte Marguerite le jour même. Je dois me mettre en doublette avec le collègue…

Je demande un arrêté de nomination, mais elle me rappelle que l’administration étant ce qu’elle est, ça arrivera plus tard. J’insiste pour qu’elle appelle l’IA et qu’elle me fasse une photocopie du faxe qu’elle a reçu. Refus. Il est 8h45 je suis encore suspendu.

J’enfourche à nouveau mon « deux roues » et je repars pour 5mn de vélo qui s’ajoute aux 20 précédentes. J’ai des jolies gambettes !! Arrivé dans l’école, le directeur n’est pas au courant et pense que je me suis trompé d’école. Il m’en indique une autre juste à côté. Mauvaise pioche, c’est un IME. La directrice est absente mais aucun des collègues ne semble au courant.

Hop ! Hélicoptère. Hop ! le guidon dans les mains et zou de retour à l’inspection. J’ai des jolies gambettes !!

« Ah mais si, je vous assure vous êtes bien en cm1 dans cette école » La secrétaire rappelle donc le directeur. Celui-ci semble essayer de négocier, d’en appeler à l’IEN. Pauvre IEN, pauvre directeur qui n’avaient que bien peu de pouvoir. Jacques a dit : « Tais toi et rame ! »

« C’est bon, c’est réglé. Vous pouvez retourner dans l’école » Merci m’dame.

Hop ! A l’américaine. La selle sous l’derrière et me v’la repartit. J’ai des jolies gambettes !!

Rebonjour. Désolé, pour le jeu de la patate chaude vous avez perdu. L’accueil est sympa mais les collègues sont complètement écoeurés de la manière dont tout cela est traité. En effet comme le signalait à juste titre l’IEN mercredi matin, elle ne souhaitait pas déstabiliser à nouveau l’école. La classe de CM1 concerné est actuellement tenue par un collègue ZIL (remplaçant courte durée) et ce depuis la rentrée de janvier. Il s’y est investi et c’est le premier enseignant qui y reste un peu plus longtemps. Trois autres y sont déjà passés. Je serai le cinquième interlocuteur pour ces enfants. Mais biensûr c’était trop compliqué de me nommer ZIL et de laisser la stabilité pour les minots comme le souhaitait l’IEN. Vous n’y pensez pas ! Un zil ça coûte du pognon puisqu’il touche des indemnités de déplacement. Et puis pour garder quelqu’un à l’œil et le contrôler c’est nettement moins aisé. Le jeu continue pour toutTEs. Jacques a dit : « Je pense pour vous, vous n’y comprenez rien. Exécutions. »…

Il est 10h. La récréation. J’informe cependant les collègues que je n’ai toujours pas mon arrêté de nomination. Par conséquent pour des raisons de responsabilité, je ne prends pas la classe. Ceci dit il nous semble de toute façon au collègue et à moi, plus intéressant pour l’instant, que les enfants poursuivent leur journée comme le collègue l’avait prévu étant donné que lui-même vient d’apprendre qu’il devait céder la place.

11h : N’ayant toujours pas de nouvelle de l’IEN et ayant essayé d’appeler l’IA plusieurs fois, je préviens aussi plusieurs syndicats.

Rien. Attendre.

En début d’après midi je préviens les collègues que je ne prendrai pas la classe samedi ou lundi si je n’ai pas mon arrêté de nomination. La tension monte un peu. L’inquiétude du remue ménage que cela peut causer au près des parents est palpable. Nouveau rappel de l’IEN.

Rien.

Et puis 15H 30, la secrétaire appelle. L’arrêté est arrivé.

Comme quoi, elle se trompait la secrétaire. Quand elle veut l’administration peut aller très vite. Cependant elle n’a pas eu le loisir d’expérimenter cette efficacité d’exécution comme j’ai pu le faire. Par conséquent elle ne pouvait se douter que c’était chose envisageable. Dites le autour de vous, l’administration peut aller vite, très vite…il faut juste lui donner quelques arguments…

Je quitte donc l’école vers 16h pour aller récupérer cet arrêté comportant pour objet : changement d’affectation. Affectation à compter du 09-02-07 jusqu’au 31-08-07.

C’est reparti…Au boulot ! pas de temps à perdre sur la route…J’ai des jolies gambettes !!

Marseille, le 09-02-07

Erwan REDON


Brèves

10 juillet -  Retrait des projets Macron, retrait du projet de réforme du code du travail

Motion votée le 28 juin au Conseil syndical du SNUipp 13
Les premiers projets ou annonces du (...)

26 juin - La rentrée ne peut pas se faire dans ces conditions !

Appel intersyndical IDF
Jeudi 29 juin se tient un CTSD ayant à l’ordre du jour les dotations en (...)

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)