Congrès SNESUP 2015 : contribution sur le rapport d’activité

jeudi 12 février 2015
par  QD, Administrateur

Ci-dessous et en pièce jointe, la contribution des militantEs d’Emancipation sur le rapport d’activité de la direction nationale du SNESUP.

NON au corporatisme, NON au syndicalisme du renoncement !

D’après ses statuts, le SNESUP vise encore la transformation sociale. Il n’est donc pas censé se limiter aux revendications immédiates des travailleurEs de l’ESR, malgré un champ de syndicalisation restreint aux personnels d’enseignement et/ou de recherche de ce secteur. Mais, même si la tendance majoritaire se réclame encore des deux piliers fondateurs du syndicalisme, la direction sortante s’est cantonnée à la seule la dimension corporatiste. Le secteur International s’est surtout limité aux relations interuniversitaires. Contestable aussi le bilan du secteur Droits et libertés, au fonctionnement autoritaire (pas de réunions, initiatives décrétées unilatéralement…), dont l’intervention a pu aller jusqu’à court-circuiter et saper le travail d’une section (La Rochelle). Parmi les renoncements peu glorieux, citons le refus d’appeler à manifester à Lyon contre le FN (29/11/2014), de dénoncer la répression liée à l’interdiction des manifestations pour la Palestine (été 2014), de soutenir les étudiantEs inculpéEs suite aux luttes sociales dans l’ESR et ailleurs (Lyon 2, Paris 8), de condamner les pratiques répressives de présidentEs SNESUP (Paris 8)…

La direction sortante a préféré le “dialogue social”, la comm’ et le lobbying plutôt que la lutte : communiqués, enquêtes pour alerter sur la situation de l’ESR, journées associant syndicalistes, journalistes, parlementaires, présidentEs d’université… À son actif, de nombreuses “batailles”… mais d’amendements, dans des instances de “concertation” dont elle déplore ensuite le fonctionnement antidémocratique (loi ESR et regroupements au CNESER, décret statutaire au CTU…). Les luttes de terrain, par exemple les dernières actions des précaires à Lyon, Poitiers, Paris, Bordeaux, Clermont… semblent avoir disparu de sa culture syndicale. Sur la précarité, elle ne peut se prévaloir que d’un supplément au mensuel, bon état des lieux de la misère en milieu enseignant/étudiant, mais n’ouvrant aucune perspective d’action, pas même juridique. En revanche, le SNESUP a été à la remorque de l’initiative Science en marche (très liée aux directions des laboratoires CNRS) malgré sa plateforme revendicative insuffisante et syndicalement problématique.

Pire, le rapport d’activité justifie ces renoncements par une supposée apathie des collègues, en avançant que le “matériel d’explication” n’a pas fonctionné ! Idem pour les élections professionnelles : le SNESUP a su engager ses forces dans la publicité pour la “représentativité”, mais pas dans les mots d’ordre d’action directe, et il fait mine aujourd’hui de s’étonner du désintérêt des collègues, voire de leur rejet du syndicalisme. Il suffit pourtant de lire le rapport d’activité ! Car même dans le registre corporatiste, l’orientation du SNESUP laisse à désirer.

La prétendue “bataille” sur les ComUE a bien montré le renoncement à combattre la LRU2 : le SNESUP revendiquait un moratoire et proposait des amendements pour de “meilleurs” regroupements, acceptant leur cadre de facto. Même chose du décret statutaire EC, dont le syndicat est censé revendiquer l’abrogation… Sur le “suivi de carrière”, sa position reste ambiguë, et la présidence SNESUP de la CP-CNU a soutenu son expérimentation dans des sections-pilotes. Idem pour la PEDR : aucun mot d’ordre général de boycott… Concernant les formations, la participation du SNESUP aux comités de suivi des diplômes relookés à la sauce numérico-entrepreneuriale par le CNF l’amène à coller à l’agenda ministériel : il y aurait de bons “référentiels de compétences” et la “pédagogie innovante” serait la clé de la réussite étudiante appuyée sur une meilleure “articulation lycée/ESR”, à condition que le SNESUP ait son mot à dire sur leur contenu… Mais le renoncement est encore plus éclatant sur la braderie de la formation des enseignantEs : aux destructurations des maquettes et du concours, à la mise en place des ÉSPÉ et à la dégradation des conditions de travail, à la précarisation et à l’infantilisation des étudiantEs et stagiaires, la direction, suivant celle des autres syndicats de la FSU, s’accroche à l’idéal d’une “bonne” mastérisation, pour “faire remonter questions et problèmes au ministère”, être “force de proposition” tout en déplorant la surdité ministérielle, et étouffer les luttes des stagiaires ignorées par le rapport d’activité, préférant insister sur le “découragement des acteurs” et valoriser là aussi ses “supports d’information”.

NON au syndicalisme d’adaptation à l’ordre capitaliste !

Collectif Émancipation SNESUP


Documents joints

Télécharger la contribution
Télécharger la contribution

Brèves

2 février - Communiqué PPCR

Mise en œuvre du protocole PPCR : plus de risques que de bénéfices sur la feuille de paye (...)

1er octobre 2016 - L’évaluation en débat au CDFN de la FSU

Le projet de réforme de l’évaluation des personnels vient compléter l’ensemble des réformes qui ont (...)

2 septembre 2016 - Retrait du projet “d’évaluation” des personnels enseignants !

La mise en place de la loi de “refondation” de l’école (2013) impose la redéfinition du métier (...)